22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 21:31

Elections en RCA, le HCC contre les dérapages à j-1

Samedi, 22 Janvier 2011 14:56

  • Elections en RCA, le HCC contre les dérapages à j-1
« Seuls la Commission Electorale Indépendante (CEI) et ses démembrements sont autorisés à rendre public les résultats partiels et provisoires des scrutins suivant les dispositions du code électoral ».  Toutefois, les médias publics et privés peuvent les relayer une fois ceux-ci affichés au niveau des bureaux de vote ».

 

Ces propos sont tenus ce samedi 22 janvier 2011, par Gaston Gambor, un des membres du Haut Conseil de la Communication (HCC), à la veille de la tenue des élections en Centrafrique.

Selon le conseiller, « l’accès des journalistes dans les bureaux de vote est conditionné par la présentation des accréditations délivrées par la CEI ». Il précise qu’il est fait « interdiction à ces derniers de publier des chiffres non obtenus dans les conditions prévues par la loi ».

Ces journalistes, ajoute Gambor, peuvent le faire « à l’issue de la proclamation des bureaux de vote après affichage, et, conclut-il, citer les sources pour éviter tout dérapage ».

Par ailleurs, certains observateurs internationaux sont encore attendus en Centrafrique. Déjà, 11 d’entre eux, issus de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs ont rencontré les médias et évoqué l’objet de leur mission en Centrafrique : « appuyer la CEI dans les opérations de surveillance de vote et de produire un rapport d’observation à la fin des opérations ».

La campagne électorale s’est achevée vendredi dans une ambiance euphorique. Quelques heurts mineurs au sein des quartiers généraux ont été signalés. Aussi, la CEI et ses partenaires s’activent dans les derniers réglages, notamment l’acheminement des matériels lourds et sensibles dans certaines régions du pays.

Au total 1 800 000 électeurs sont appelés dimanche à élire un président de la République et des députés à l’Assemblée Nationale. On enregistre 885 candidats aux législatives et 5 à la présidentielle

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 20:41

Emile-Gros-Raymond-NakomboLIEU DU BUREAU DE VOTE

 

 

 

TRAM EN DIRECTION DE L'HOPITAL PELLEGRIN

 

DESCENDRE A L'ARRET HOPITAL PELLEGRIN

 

PASSER DEVANT DE L'HOPITAL VERS CHARLES PERRENS

 

AU ROND POINT  A DROITE PRENDRE LA RUE DE LA BECHADE

 

LA SALLE MUNICIPALE QUINTIN LOUCHEUR SE TROUVE A 500 METRES 

 A PROXIMITE DE L4ARRET DU BUS CHARLES PERRENS

 

VOTEZ NAKOMBO !

 

C'EST VOTER POUR LA PAIX EN CENTRAFRIQUE!

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 19:22

 

  

 

 

2636422-3720705RASSEMBLEMENT DÉMOCRATIQUE RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE
CENTRAFRICAIN Unité – Dignité – Travail
Fraternité - Travail -  Progrès

BUREAU POLITIQUE
PRÉSIDENCE
SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° /RDC/BP/P/SG/2011

Bangui, le 22 janvier 2011

A Madame la Représentante du Secrétaire Général des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA ) BANGUI

Objet : Lettre de dénonciation


Madame,
Nous venons d'apprendre par le biais des représentants de nos structures ( RDC) de l'arrière pays, précisement ceux de Mbaïki, Berbérati, Nola et Bambari les éléments suivants :
• Mbaïki et Bambari : les matériels et les listes électorales ne sont pas disponibles sur les lieux de vote ce jour 22 janvier 2011;
• Bambari : près de 2000 étrangers munis de cartes électorales fictives sont repérés ce matin du 22 janvier 2011 ;
• Berbérati et Nola: le candidat KNK à la députation, monsieur Sylvain Doutingaï a déversé dans cette localité des personnes étrangères munies de cartes électorales fictives pour voter en sa faveur . En outre, monsieur Doutingaï répand avec assurance que l'acheminement des résultats de dépouillement s'exécutera avec uniquement les forces de l'ordre légalistes, et cela dans un mépris total de la procédure régulière qui veut que la CEI veille à l'acheminement des procès-verbaux à la coordination nationale. Enfin, on apprend que le Lieutenant-Colonnel Doutingaï a basé des troupes armées à Ngouèrè et à Gofi, toutes deux localités de Berbérati. Ces troupes, munies de fausses urnes de substitution, seraient prêtes à intervenir sur la population locale si le vote est négatif pour le KNK, Parti au pouvoir.

Je me permets de signaler par ailleurs que dans le souci d'une sécurisation et d'une transparence du processus électoral en Centrafrique, votre Institution a un rôle crucial à jouer. A ce titre, je vous saurai gré d'utiliser de votre autorité afin de vérifier et d'authentifier ces informations et de tout mettre en œuvre, si ces informations sont avérées exactes, pour stopper des dérives pouvant entraîner des dégâts collatéraux.

Veuillez agréer, madame, l'expression de mes hommages.


Le Candidat RDC à la présidentielle

Émile Gros-Raymond NAKOMBO

Ampliations :
- Présidence de la République
- Primature
- Ambassades
- Médiation
- CEMAC
- Unon Africaine
- OIF
- N'DIAYE
- CFC
- KNK

 

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 17:44

 

Lettre de Dénonciation de NAKOMBO



Lettre de Dénonciation de NAKOMBO
RASSEMBLEMENT DÉMOCRATIQUE RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE
CENTRAFRICAIN Unité – Dignité – Travail
Fraternité Ë—Ë— Travail Ë—Ë— Progrès ≈≈≈≈≈≈≈
≈≈≈≈≈≈≈
BUREAU POLITIQUE
≈≈≈≈≈≈≈
PRÉSIDENCE
≈≈≈≈≈≈≈
SECRÉTARIAT GÉNÉRAL
≈≈≈≈≈≈≈
N° /RDC/BP/P/SG/2011



Bangui, le 22 janvier 2011

A Madame la Représentante du Secrétaire Général des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA ) BANGUI

Objet : Lettre de dénonciation


Madame,
Nous venons d'apprendre par le biais des représentants de nos structures ( RDC) de l'arrière pays, précise ment ceux de Mbaïki, Berbérati, Nola et Bambari les éléments suivants :
• Mbaïki et Bambari : les matériels et les listes électorales ne sont pas disponibles sur les lieux de vote ce jour 22 janvier 2011;
• Bambari : près de 2000 étrangers munis de cartes électorales fictives sont repérés ce matin du 22 janvier 2011 ;
• Berbérati et Nola: le candidat KNK à la députation, monsieur Sylvain Doutingaï a déversé dans cette localité des personnes étrangères munies de cartes électorales fictives pour voter en sa faveur . En outre, monsieur Doutingaï répand avec assurance que l'acheminement des résultats de dépouillement s'exécutera avec uniquement les forces de l'ordre légalistes, et cela dans un mépris total de la procédure régulière qui veut que la CEI veille à l'acheminement des procès-verbaux à la coordination nationale. Enfin, on apprend que le Lieutenant-Colonnel Doutingaï a basé des troupes armées à Ngouèrè et à Gofi, toutes deux localités de Berbérati. Ces troupes, munies de fausses urnes de substitution, seraient prêtes à intervenir sur la population locale si le vote est négatif pour le KNK, Parti au pouvoir.

Je me permets de signaler par ailleurs que dans le souci d'une sécurisation et d'une transparence du processus électoral en Centrafrique, votre Institution a un rôle crucial à jouer. A ce titre, je vous saurai gré d'utiliser de votre autorité afin de vérifier et d'authentifier ces informations et de tout mettre en œuvre, si ces informations sont avérées exactes, pour stopper des dérives pouvant entraîner des dégâts collatéraux.

Veuillez agréer, madame, l'expression de mes hommages.


Le Candidat RDC à la présidentielle

Émile Gros-Raymond NAKOMBO

Ampliations :
- Présidence de la République
- Primature
- Ambassades
- Médiation
- CEMAC
- Unon Africaine
- OIF
- N'DIAYE
- CFC
- KNK

 

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 17:27

 

Flash spécial Elections du 23 janvier 2011

1.    Les listes électorales qui ont été affiché ce matin à Mbaïki ne représente qu'environ 30% des électeurs de la ville avec une majorité de personnes identifiée comme sympathisant KNK. Tous les responsables des bureaux de vote sont militants du parti Orange dont 60% viennent de Bangui. Cette situation a engendré des troubles ce matin à Mbaïki et la situation reste tendue dans la ville.

2.   Le ministre résident de la Lobaye, le colonel Parfait Mbaye  été appréhendé ce matin à Mbaïki avec une cargaison d'urnes préalablement bourrée en faveur de Yangouvonda.

3.   A Berberati, l'autre colonel du gouvernement a fait descendre sur la ville des centaines de militaires en civil pour aller non seulement voter pour lui, mais procéder à l'échange des urnes bourrées qui sont stockées depuis 4 jours à quelques encablures de Bertberati dans le village où a grandi l'ancien mécanicien/menuisier devenu le vice-président de la république parce que neveu de…

4.   Autre information importante, il est prévu un bataillon spécial pour créer des incidents à Bouar, Berberati, Carnot, Nola, Bozoum, Paoua, Bambari, Bria, Mobaye, Bangassou, Ouango-Bangassou, dans les 2ème,3ème,4ème,5ème,6ème et 7ème arrondissements de Bangui afin tous ces centres favorables au RDC et au MLPC et permettre à Yangouvonda son passage en force.

5.   A nola, un seul bureau de vote était affiché à la mi-journée.

6.   A Bambari, la répartition des bureaux de vote est inéquitable certains inscrits doivent faire 5 km pour accomplir leur devoir citoyen.

7.   A Bria, pour leur faire payer l'interdiction qui a été de rentrer dans la ville, Bozizé a donné l'ordre que les listes ne soient pas affichées  demain matin.

8.   A Alindao, une partie de la population a déchiré la liste affichée car elle est mécontente à cause des omissions.

9.   De kongbo à Bambouti en passant par Kembe, Bangassou, Ouango et tout le littoral Oubanguien, aucune liste n'était affichée  jusqu'à midi.

10. De Rafaï à Bambouti, le matériel electoral n'est que partiel.

11. Les cartes d'électeur sont toujours introuvables.

12. Les tribunaux qui devraient ouvrir aujourd'hui pour fournir les dérogations devant permettre aux omis et aux non d'aller voter sont demeurés portes closes.

Les heures à venir sont inquiétantes.  Chers compatriotes et amis de la RCA, faites circuler le message car selon les rumeurs, d'ici à demain, le pays sera en blackout total : plus de net, plus de téléphone pour permettre à Yangouvonda le rejeté de réaliser son forfait : La patrie ou la mort nous vaincrons. Game is over for Bozizé.

 

Zedzouïna

 

NDLR : informations à suivre et à confirmer.....

 

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 08:11

Emile-Gros-Raymond-Nakombo

 

 

 

communiqué

 

Les Coordonnateurs France-Europe du comité de soutien au candidat Émile Gros Raymond NAKOMBO informent tous les Militants et Sympathisants du RDC résidant en France, ainsi que les Amis de NAKOMBO de se rendre massivement dans les bureaux de vote de leur localité (Paris, Lille, Lyon, Bordeaux et Toulouse) pour accomplir leur devoir civique dans le calme et la sérénité.
A cet effet, ils prient chacun et chacune de se munir de son récépissé de carte d’électeur obtenu lors de l'inscription sur la liste électorale et de l'un des documents suivants attestant de sa nationalité centrafricaine: 
    

 

 

 

 

 

             carte de résident;
     titre de séjour;
                  carte nationale d’identité;

passeport;
         carte consulaire; 
             permis de conduire
 


 

Les Coordonnateurs France-Europe du comité de soutien au candidat Émile Gros Raymond NAKOMBO informent tous les Militants et Sympathisants du RDC résidant en France, ainsi que les Amis de NAKOMBO de se rendre massivement dans les bureaux de vote de leur localité (Paris, Lille, Lyon, Bordeaux et Toulouse) pour accomplir leur devoir civique dans le calme et la sérénité.
A cet effet, ils prient chacun et chacune de se munir de son récépissé de carte d’électeur obtenu lors de l'inscription sur la liste électorale.

 


ALLONS TOUS AUX URNES : VOTONS ÉMILE GROS RAYMOND NAKOMBO

En dépit des nombreuses irrégularités constatées dans l’organisation des élections présidentielles et législatives de 2011 en République Centrafricaine, le Comité de Soutien Europe-France du Frère
Émile Gros Raymond NAKOMBO, candidat du Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC) et de la Plate-forme SEWA OKO aux présidentielles, invite les Centrafricaines et les Centrafricains à se rendre massivement aux urnes le Dimanche 23 Janvier 2011 pour élire le Président de la République et les Députés.


Les électeurs auront, certes, le choix entre 5 Candidats aux élections présidentielles. L’heure est donc venue, pour nous tous, de choisir à la fois le modèle et le projet de société que nous voulons pour la République Centrafricaine. Ce choix doit créer pour la République Centrafricaine les conditions de confiance, de paix et d’unité nationale entre tous les Centrafricains. En effet, seule la confiance et la stabilité politique engageront notre pays si riche en ressources diverses sur le chemin de la modernité.
Beaucoup parmi vous, nous le savons, vont porter leur choix sur Émile Gros Raymond NAKOMBO qui incarne cette vision de SEWA OKO et qui est un homme d’action capable de réaliser nos ambitions, en transformant nos richesses naturelles en prospérité, pour le bien-être de tous !
Le Dimanche 23 Janvier 2011, en accomplissant cet acte de civisme et de fierté, nous imposerons une nouvelle image de crédibilité de notre pays dans le monde et rétablirons chaque Centrafricaine et Centrafricain dans la dignité et la liberté perdues. La République Centrafricaine ne peut se permettre de perdre cette chance pour réécrire son Histoire.

VOTONS ÉMILE GROS RAYMOND NAKOMBO !
L’heure du changement a sonné et nous devons tout changer.

Marcel NGAO-LOEMBE       
Coordonnateur Europe      

 

 

 

SEWA OKO 

 

 

 

Quinze défis pour réconcilier la République Centrafricaine avec elle-même et le 21ème siècle.

 

1 -  Le défi de la paix, de la sécurité et de l’instauration effective de l’autorité de l’Etat ;

2 -  Le défi de l’unité nationale ;

3 -  Le défi de l’autosuffisance alimentaire et du développement rural ;

4 -  Le défi de l’accès aux soins et aux infrastructures de santé garanties pour tous ;

5 -  Le défi à l’accès à l’eau potable et de l’électrification ;

6 -  Le défi de la préservation de l’environnement et de la salubrité ;

7 -  Le défi de l’éducation, de la formation et de l’emploi ;

8 -  Le défi de la réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Démocratie locale ;

9 -  Le défi des nouvelles technologies de l’information et de la communication ;

10 -    Le défi de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit ;

11 -    Le défi de la relance et de la modernisation de notre économie ;

12 -    Le défi de la promotion du secteur privé et di progrès social ;

13 -    Le défi de l’industrialisation ;

14 -    Le défi du désenclavement interne et externe ;

15 -    Le défi de l’intégration régionale et de la diplomatie.

 

 

 

Dix-sept actions pour y arriver.

 

1.      Faisant de la fin des rebellions une priorité et en menant la bataille contre la LRA ; 

2.      Luttant contre le tribalisme, le clanisme et l’exclusion ;

3.      Réorganisant l’Etat et Relançant l’économie ;

4.      Assainissant les finances publiques ;

5.      Développant les infrastructures ;

6.      Relançant l’agriculture ;

7.      Redressant le système éducatif

8.      Améliorant le système sanitaire ;

9.      Promouvant le sport, l’art et les loisirs ;

10.  Faisant de l’emploi des jeunes et des femmes une priorité ;

11.  Instaurant une couverture maladie à tous les Centrafricains ;

12.  Promouvant une Nouvelle Force de défense et de sécurité ;

13.  Instaurant une commission Vérité et Réconciliation ;

14.  Luttant contre le SIDA et le Paludisme ;

15.  Menant une bataille contre l’insalubrité ;

16.  Garantissant l’accès à l’électricité pour tous les Centrafricains ;

17.  Luttant efficacement contre la famine.

 

Vive la République Centrafricaine !
 
 
Patriotiquement,
 

NAKOMBO Team

www.nakombo2011.com

Repost 0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 22:51

 

Emile-Gros-Raymond-NakomboCe que je viens de voir est tout simplement STUPÉFIANT.  Même le meeting de Kolingba de septembre 99 au stade omnisports de Bangui qui était jusque-là, la référence en terme de mobilisation est devenu obsolète. C'est tout simplement du jamais vu.  Attendu depuis 15h00 à l'école Saint Jean, le père de SEWA OKO qui était en tournée dans l'Ouest avec un périple qui l'a conduit très tôt ce matin à Bouar, Carnot, Berberati et Nola est arrivé à Bangui à 18h20. Pris directement de l'aéroport par son cortège, il était tout simplement impossible pour lui d'arriver à l'école Saint Jean, lieu du meeting de fin de Campagne du RDC. Les avenues Dacko et Conjugo étaient tout simplement fermées à la circulation sur près de 3 km. D'après mon acuité visuelle, il y avait à peu près 180.000 personnes, remontées à bloc et impatientes d'entendre le futur locataire du palais de renaissance son excellence NAKOMBO.  Se frayer un chemin, c'était tout simplement impossible…dommage que Kolingba (le vrai) ne soit pas là pour voir la continuité de la marche et surtout la reconquête du pouvoir qui est là, par la seule détermination du peuple centrafricain et par la conjugaison d'une intelligence manifeste à l'œuvre dans la stratégie globale du RDC.

Fin de meeting, 19h30, une caravane se met en place avec seulement 8 véhicules mais la marée humaine s'allonge sur 5 kilomètres, du jamais vu en Centrafrique en plus la nuit dans un Bangui en partie délesté. Les groupes se séparent, les amis se perdent, moi-même j'ai perdu une bricole que j'avais en main. Il y avait des Banguissois qui étaient badigeonnés d'Orange (KNK'S color), d'autres avec les effigies de certains candidats. Mais le point commun entre tous ces Centrafricains, c'était la feuille de manioc, le symbole du parti et le slogan de ralliement. Le marché nocturne du quartier sango a vu partir tout le ngoundjia du soir.  C'est au niveau de l'école Lakouanga que je suis sorti de la caravane pour rentrer et digérer l'évènement et me plonger dans la fête de la victoire finale du 23 janvier 2011. Aux dernières nouvelles, la caravane est revenue vers le siège du parti où les dernières heures de la campagne sont mises à profit pour un dernier speech improvisé. Déjà hier à Bria, la population a interdit à Bozizé de rentrer dans la ville, elle lui a clairement fait savoir que s'il s'hasardait à pénétrer dans la cité, il y aura caillassage et peut-être dépeçage. Bozizé a pris peur et il a fait son meeting à l'aérodrome de Bria. Nakombo à son arrivée est entré en ville et a fait son meeting après s'être recueilli sur la tombe du colonel Abrou (tout un symbole). Aujourd'hui à Bouar et Carnot, c'était l'émeute. A Berberati, ambiance indescriptible. Le fils du pays fut porté en tipoye, la ville s'est levée comme un seul homme, la défaite pour Ndoutingaï et Patassé à Berberati I est assurée dès le 1er tour. A Nola, NAKOMBO fut même empêché par la population de décoller pour Bangui. Les gens voulaient qu'il passe la nuit avec eux, qu'il y reste quelques heures de plus….

 

Un militant du RDC

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 19:18

Arthur KOLINGBA appelle à voter NAKOMBO et exige des elections légales



Arthur KOLINGBA appelle à voter NAKOMBO et exige des elections légales
Centrafricaines, Centrafricains ; mes chers Compatriotes.

Depuis le 10 janvier de cette année, la campagne pour les élections législatives et Présidentielle ont débuté. Celles-ci doivent nous permettre d’ouvrir un nouveau chapitre de l’histoire de notre pays.
Le Rassemblement Démocratique Centrafricain a investi le frère Émile Gros Raymond NAKOMBO comme son candidat pour la présidentielle et plusieurs frères et sœurs aux législatives. Notre parti a conçu comme réponse aux maux qui gangrène notre pays, le projet SEWA OKO dont le but est de réconcilier la RCA avec le 21ème siècle et avec ses fils et ses filles.

Chers compatriotes, le 23 janvier 2011 ; il s’agira pour toi, pour moi, pour nous tous ; de choisir entre deux issues :
Aller vers des élections dont les pourtours sont entachés de fraudes et d’irrégularités notoires avérées par toutes les composantes de la nation ; le gouvernement, la CEI et les partis de l’opposition.

Ou, se ressaisir et offrir de réelles élections libres, transparentes et respectant l’éthique de la démocratie comme le stipule notre constitution. L’honneur et le bénéfice en sera pour tous.
Chers compatriotes, que tu sois du nord, du Sud, de l’Est, à l’Ouest et du Centre ; aujourd’hui c’est toute la République Centrafricaine qui est martyrisée et prise en otage.
Nous sommes otages des denrées alimentaires hors de prix, de la misère, de l’insécurité, de l’injustice et de l’impunité.

Peuple centrafricain, nous sommes une seule nation, un seul sang et une seule langue. C’est donc ensemble que nous pouvons redresser la RCA et la Reconstruire. Au cœur du projet du Rassemblement Démocratique Centrafricain, SEWA OKO, nous prônons la paix, la sécurité, l’emploi, l’autosuffisance alimentaire, l’école pour tous, la santé, la relance économique et la protection de l’environnement.
Au dessus de cela nous voulons donner à tous, quelque soit son appartenance, la même égalité de chance afin de construire sa vie et donner un espoir à sa famille.

Chers compatriotes, l’avenir de la RCA dépend de nous. C’est à nous de décider et le moment est venu pour qu’en dépit de nos différences nous puissions, dirigeants et oppositions, affirmer par un acte solennel notre engagement à s’opposer à toutes formes de mépris du peuple centrafricain. L’histoire retiendra et récompensera ce suprême sacrifice.


Chers compatriotes, à la fin de cette campagne, constatons ensemble ces mécanismes qui ne permettent pas de faire une élection libre et transparentes:
Nous n’avons toujours pas les listes électorales qui auraient dû être affichées depuis le 09 novembre 2010 ;
• Les cartes d’électeurs ne sont toujours pas distribuées ou elles le sont de manière partisane ;
• La cartographie des bureaux de vote n’est pas connue ;
• La désignation des responsables des bureaux de vote est opaque ;
• Certaines localités de notre pays n’ont pas encore reçues le matériel électoral ;
• Des cartes d’électeurs parallèles circulent ;
• Le rapporteur de la CEI appelle les Centrafricains à aller accomplir leur droits civiques avec une simple carte d’identité même s’ils ne sont pas inscrit sur les listes électorales ;
• Les listes électorales sont manuelles en plus du fait qu’elles soient non alphabétiques ;
• Certaines villes de notre pays ne reçoivent que la moitié du matériel électoral qui leur est destiné alors que la totalité a quitté Bangui ;
• Le bulletin de vote pour les présidentielles est nul car il comporte l’effigie de Monsieur Willité Justin Innocent dont la candidature a été invalidée ;
• Etc.


Tout a été mis en œuvre volontairement pour que ces élections se déroulent en dehors de toute légalité afin d’enlever à notre armée et à l’ensemble de nos institutions leurs raisons d’être en plongeant notre pays dans une crise prévisible et indicible.
Le code électoral a été systématiquement violé et les règles du jeu réécrites en pleine compétition. Le chronogramme du 10 aout a été enterré et du code électoral centrafricain, l’élection est organisée avec le code Binguimalet.

Tous les préalables pour la tenue et l’organisation de ces élections n’ont pas été respectés. Je veux citer le programme DDR, la pacification des régions occupées, la lutte contre la LRA, l’informatisation du fichier électoral, le respect du chronogramme du 10 aout 2010, etc.
Centrafricaines, Centrafricains ; mes Chers Compatriotes.

Nous sommes tous témoins de l’étalage des moyens mis en œuvre durant ces jours pour les campagnes. Mais le triste constat est que le citoyen centrafricain ne parvienne pas à se soigner, à se nourrir, à se loger, à se vêtir et à se former.

C’est pourquoi, Moi, Arthur KOLINGBA, Porte-parole pour la France, du Comité de Campagne d’Émile Gros Raymond NAKOMBO, candidat du Rassemblement Démocratique Centrafricain à la présidentielle ; j’en appelle à un sursaut national afin que tous les centrafricains épris de liberté, de justice et de paix, quelque soit leurs appartenances, à se lever pour une élection digne en Centrafrique.
La communauté internationale nous observe et s’interroge sur notre crédibilité et notre capacité à dépasser nos intérêts partisans pour que naisse enfin une véritable démocratie. Nous devons écrire notre histoire.
Ayant le courage de dénoncer le risque que fait courir notre pays à toute la région d’Afrique Centrale à travers ces élections qui sonnent le glas de la démocratie.

Le Président André KOLINGBA en quittant le pouvoir il y a dix sept ans, avait laissé un état de droit, instauré une nation démocratique et un Centrafrique en paix.

Nous avons dit en son temps : « Nous ne mangeons pas la paix ! »
L’histoire nous a montré ce que signifie un pays qui n’a pas la paix. Je parle pour mes parents et frères à la frontière du Tchad, du Soudan et de la République Démocratique du Congo qui ne connaissent que les viols, la famine et les pillages au quotidien. Pensez à eux et dites « NON » à une mascarade électorale.

Aujourd’hui le pays est en lambeaux. Et c’est sur ces décombres là que je vous appelle mes compatriotes à accorder votre confiance au Rassemblement Démocratique Centrafricain pour reconstruire un nouvel édifice stable qui inscrira durablement notre pays dans le 21ème en le mettant réellement au service des Centrafricains pour la Paix, l’Unité, la Justice et le Progrès.

Que Dieu bénisse la nation centrafricaine !


Arthur KOLINGBA,
Porte-Parole du Comité de Campagne France d’Émile Gros Raymond NAKOMBO

Jeudi 20 Janvier 2011
Nakombo 2011 Team


Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 08:29

Voici quelques chiffres et modalités pratiques à propos des élections de 23 janvier

Par journaldebangui.com - 16/01/2011

La campagne électorale s’arrête le 21 janvier 2011 à minuit

 Selon la liste mise à disposition par la commission électorale indépendante, ils seront quelques 885 candidat aux législatives à aller solliciter les suffrages des électeurs dimanche 23 janvier. Il est clair que ce dimanche 16 janvier, les électeurs ne savent à quels saints se vouer. Les listes des électeurs ne sont pas encore disponibles sur les lieux de votes. Tout au plus les centres de votes sont connus. Le reste n’est pas disponible. Certains électeurs ont des cartes d’autres pas. Cependant chaque citoyen centrafricain inscrit sur une liste est convoqué pour aller voter.

La liste définitive des candidats aux élections législatives du 23 janvier 2011

Malgré le non affichage des listes électorales on dénombre au total: 5 candidats à la présidentielle et 885 aux législatives. Ils iront chercher les suffrages des électeurs.

1 842 160 électeurs sont recensés sur les listes pour 4573 bureaux de votes provisoirement validés, soit 423 bureaux supplémentaires par rapport à 2005

2 millions de bulletin disponibles aussi bien pour la présidentielle que pour les législatives
160 000 listes manuelles d’émargement photocopiées

C’est avec la carte manuelle que les électeurs iront voter. L’idée des cartes d’électeurs informatisées ayant été abandonnée. Si l’on est inscrit sur une liste sans carte, l’on peut aller voter soit à l’aide de la carte d’identité, soit sur le témoignage du chef de quartier.

Les bureaux de vote sont généralement installés dans des écoles. En cas de force majeur, ils peuvent être installés dans lieux publics aménagés pour cela.

Dans un bureau de vote il y a un président et deux assesseurs dont le second fait office de secrétaire. Tous doivent signer tous les procès-verbaux à la fin du scrutin.

Les bureaux de vote ouvrent le matin à six heures et ferment à 13 heures. C’est alors qu’ils se transforment en centre de dépouillement.

La diaspora votera à travers 8 représentations à savoir, au Congo Brazzaville, au Tchad, au Cameroun, au Gabon, au Benin, en Côte d’Ivoire, au Maroc et en France.

 

La commission électorale indépendante continue les préparatifs du scrutin

Par S.-P. Ndouba, jde - 17/01/2011

Le document indiquant les différentes étapes du vote est disponible à la CEI!

 

Au-delà des nombreux défis individuels ou catégoriels que doivent relever les Centrafricains à l'occasion des prochaines élections générales, il y a celui qui interpelle l'ensemble de la communauté nationale, à savoir réussir, en temps et en argent, l'organisation d'un scrutin. Autrement dit, programmer et préparer des opérations de vote, en évaluer le coût et s'en tenir scrupuleusement à ce qui est prévu.

Or, force est de reconnaître qu'à une semaine du 23 janvier, date du scrutin, nombre de données liées au processus électoral demeurent confidentielles: le budget global, les listes électorales ou encore le nombre d'urnes estimé à 14 000 pour doter 4 573 bureaux de vote censés accueillir 1 842 160 électeurs recensés entre septembre et octobre 2010, sans qu'on sache combien de postes de recensement avaient été ouverts. Même la publication du rapport d’audit de la Commission électorale indépendante (CEI), dirigée par le pasteur Joseph Binguimalé et décriée pour une gestion «opaque», n’a pas été jugée prioritaire par le président François Bozizé.

Depuis la restauration du pluralisme politique en 1991, les Centrafricains ont pourtant organisé quatre scrutins, dont le premier a permis une alternance pacifique en octobre 1993, tandis que le dernier en date (2005) a valu à certains membres de la Commission électorale mixte indépendante (CEMI), autour de «l’apôtre» Théodore Kapou, d'être sollicités pour mettre leur expertise au service de leurs homologues ivoiriens. Malheureusement, tout ce capital a fondu comme du beurre en raison des nombreuses controverses qui ont fréquemment grippé le processus électoral, provoquant des reports successifs, faisant du chronogramme et du budget de la CEI de véritables serpents de mer.


Une organisation impeccable peut redorer le blason de la RCA

Pour redorer le blason de la République Centrafricaine en matière électorale, il faudrait que chacun des acteurs nationaux, à savoir la CEI, le ministère de l’Administration du territoire, les agents électoraux ainsi que les électeurs, aient à cœur de sauver ce qui reste du processus, c’est-à-dire le scrutin du 23 janvier. Or, la CEI et les agents recenseurs ne sont toujours pas quittes quant aux arriérés d’indemnités, tandis que les candidats à la présidentielle, en dehors de François Bozizé, sont entrés en campagne à reculons, continuant de réclamer le report des élections. Tout cela n’est pas de nature à rassurer le peuple centrafricain surtout les couches les plus pauvres et les plus vulnérables, les divers partenaires et la communauté internationale qui ne sauraient tolérer des tergiversations politiciennes tendant à saboter le processus électoral, et, ce faisant, à retarder le développement socio-économique de la patrie de
Barthélemy Boganda.

 

En France beaucoup de compatriotes ne sont pas inscrit.s. nous redoutons la colère qui monte de partout

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 22:04

Repost 0

Recherche