Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 13:22
Mercredi 26 janvier 2011 3 26 /01 /Jan /2011 23:34

 

 

CENTRE DE VOTE : Ecole MANDABA

NOMBRE DES ELECTEURS : 5680

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

244

63

307

BV 2

243

111

354

BV 3

275

97

372

BV 4

165

57

222

BV 5

329

148

477

BV 6

269

118

387

BV 7

275

113

388

BV 8

285

87

372

BV 9

281

134

415

BV 10

304

137

441

Total

2670

1065

3735

 

 CENTRE DE VOTE : Lycée Gobongo

NOMBRE DES ELECTEURS : 4614

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

183

294

417

BV 2

175

233

408

BV 3

206

278

484

BV 4

155

213

368

BV 5

112

156

268

BV 6

139

239

378

BV 7

182

230

412

BV 8

145

154

299

Total

1297

1797

3094

 

  CENTRE DE VOTE : Ecole NDRES 2

NOMBRE DES ELECTEURS : 3811

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

               80

387

467

BV 2

87

-

352

BV 3

62

-

 

BV 4

62

268

330

BV 5

103

302

405

BV 6

54

317

371

BV 7

78

177

255

Total

526

1612

2138

 

 

CENTRE DE VOTE : Mairie 4 e Arrondissement

NOMBRE DES ELECTEURS : 2505

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

140

73

213

BV 2

175

53

228

BV 3

279

100

379

BV 4

348

85

433

Total

942

311

1253

 

 CENTRE DE VOTE : Ecole chinoise

NOMBRE DES ELECTEURS : 4741

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

76

461

537

BV 2

23

228

251

BV 3

43

285

328

BV 4

70

227

297

BV 5

30

316

346

BV 6

79

374

453

BV 7

38

375

413

BV 8

55

311

366

Total

414

2577

2991

 

 CENTRE DE VOTE : Notre Dame d’Afrique

NOMBRE DES ELECTEURS : 5983

 

Nombre de Bureau de vote

Maitre Nicolas TIANGAYE

François BOZIZE

Total

BV 1

244

63

 
Repost 0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 18:32

L’opposition quitte la CEI en plein dépouillement

Mercredi, 26 Janvier 2011 13:33

 

 

 

L’opposition quitte la CEI en plein dépouillement
 
4 représentants des candidats de l’opposition à la présidentielle ont claqué la porte de la Commission Electorale Indépendante (CEI) ce mercredi 26 janvier 2011. Ils dénoncent ainsi ce qu’ils considèrent comme des cas d’irrégularités qui entachent les scrutins du 23 janvier dernier. Ils accusent le parti au pouvoir Kwa Na Kwa du président sortant François Bozizé d’orchestrer des fraudes. D’ailleurs seul le représentant du KNK assiste désormais au dépouillement.

 

Le retrait de l’une des pièces maitresses du processus électoral, intervient en plein dépouillement des procès verbaux des élections qui arrivent à la CEI à l’Assemblée Nationale.

Les représentants de l’opposition ont déclaré, pour justifier leur position « ne pas être en procession des procès verbaux des centres et bureaux de vote sur l’ensemble du territoire ».

Selon Joseph Rodrigue MAYTE, président de la sous commission dépouillement à la CEI, « les opérations du dépouillement ont pris un retard à cause de ces préalables de l’opposition ». La CEI, précise Maïté, souhaite « obtenir ces préalables par écrit, car il s’étonne de la réaction de ces représentants qui ont d’ailleurs validé les résultats sur le terrain avant de les acheminées à la CEI ».

Rodrigue Mayté explique encore qu’aucun préalable pour ces genres d’opérations « n’est prévu dans le code électoral », et conclut, « qu’avec ou sans l’opposition le travail se fera pour le rendre public samedi 29 janvier ».

Il faut dire que ce coup dur au processus électoral intervient au lendemain d’une demande du Collectif des Forces du Changement. Cette structure de l’opposition exige l’annulation des élections en Centrafrique. Pourtant, plusieurs observateurs nationaux et internationaux ont déjà validé ce double scrutin malgré quelques insuffisances relevées.

 

 

NDLR:  Jamais l'opposition n'aurait du aller à ces élections avec  les irrégularités qui ne datent pas du 23 janvier 2011 mais depuis la mise en place de la CEI. Que font les commissaires de l'opposition d à la CEI.

 

Dans nos QG impossible  de faire converger quelques  chiffres de résultats partiels pour informer les militants... Tout ça c'est  c'es la faute de la CEI?

Il faudra que toute l'oppoition revise sa stratégie si stratégie il ya...

  

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 13:24

COLLECTIF DES FORCES DU CHANGEMENT

C.F.C

 

PROPOS LIMINAIRE DE LA CONFERENCE DE PRESSE

(MARDI 25 JANVIER 2011)

               

Le Collectif des Forces du Changement (CFC), soucieux de préserver la paix, la sécurité et l’unité nationale pour un développement durable de notre pays la République Centrafricaine, a pris part activement et d’une manière responsable au processus électoral devant conduire aux élections transparentes, justes et crédibles.

         Malgré les efforts patriotiques consentis par le Collectif des Forces du Changement (CFC) pour assurer un climat apaisé à ces élections groupées du 23 Janvier 2011 et dans le respect du code électoral, de l’accord portant adoption du chronogramme révisé des élections présidentielle et législatives et du code de bonne conduite adopté par consensus, le régime du Général François BOZIZE et son parti KNK, dans sa stratégie de conservation coûte que coûte du pouvoir de l’Etat, ont abusé de la confiance de la classe politique centrafricaine et opéré des fraudes massives et ostentatoires dans toutes les circonscriptions électorales tant à Bangui que dans les villes de province.

         Les résultats partiels qui parviennent au niveau des différents états- majors des partis politiques de l’opposition (Rassemblement Démocratique Centrafricain RDC- Convention Républicaine pour le Progrès Social, Nouvelle Alliance pour le Progrès NAP, Alliance pour la Démocratie et le Progrès, Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain MLPC, LONDÖ, PATRIE et le Forum Civique FC) sont suffisamment expressifs et prouvent à suffisance le plan machiavélique ourdi et arrêté de longue date par le Général François BOZIZE et son parti  le KNK.

         Le Collectif des Forces du Changement (CFC), dans les différentes déclarations radiodiffusées et télévisées de ses leaders n’a eu de cesse d’attirer l’attention de la Commission Electorale Indépendante (CEI) et de la Communauté Internationale sur l’impréparation des élections, les multiples violations du Code Electoral et les différents accords signés par toutes les entités ayant pris part au Dialogue Politique Inclusif (DPI).

Aujourd’hui, force est de constater que l’histoire donne raison à l’opposition démocratique qui ne peut accepter une mascarade électorale, qui viole la volonté populaire de nos compatriotes massivement sortis ce 23 janvier 2011 pour choisir leurs dirigeants. La frustration légitime qu’ils ressentent est porteuse des germes d’une implosion sociale aux conséquences incalculables.

 Comment accepter que dans l’ensemble des circonscriptions électorales du pays, le candidat François BOZIZE arrive quasi-systématiquement en tête avec un score qui lui donne toujours à plus de 50% des suffrages exprimés, garantissant ainsi son élection dès le premier tour ?

Comment accepter que des candidats leaders des partis politiques de l’opposition puissent recueillir des scores minables dans des zones où des scrutins leur sont traditionnellement favorables ?

Comment admettre l’intrusion intempestive des autorités locales et des éléments de forces de défense et de sécurité, notamment ceux de la Garde Présidentielle dans les bureaux de vote et centres de dépouillement pour intimider des électeurs et perturber le bon déroulement des opérations électorales?

Comment comprendre  la substitution d’urnes sensées être préalablement codifiées, et dont le convoyage devait être sécurisé ?

Comment accepter que des listes électorales dont l’affichage est obligatoire pour vérification et correction préalables ne le soient que au plus tôt que la veille du scrutin, empêchant de fait toutes corrections éventuelles et semant le désordre le jour même du scrutin ?

Comment accepter que les Présidents de vote et les assesseurs désignés par les CEI locales soient récusés et tous remplacés par des militants du seul parti KNK ?

Comment expliquer que des très nombreux électeurs, pourtant recensés et détenteurs des cartes d’électeurs, ne retrouvent pas leurs noms sur les listes transcrites par la CEI, et n’aient pu voter et  que d’autres personnes aient curieusement voté à leur place?

Comment expliquer la pénurie de cartes d’électeurs annoncée par la CEI pendant le recensement électoral, et que curieusement une multitude de cartes d’électeur parallèles ont été distribués par des responsables locaux du parti KNK, permettant à leurs détenteurs illégaux de voter plusieurs fois ?

Comment accepter que les procès-verbaux n’existent pas dans plusieurs bureaux de vote et centres de dépouillement, et que là où ils existent-ils ne sont pas systématiquement remis aux représentants des candidats de l’opposition ?

Comment expliquer que des représentants dûment mandatés par les  des candidats de l’opposition soient chassés de certains bureaux de vote ?

Un tableau synoptique des irrégularités constatées à ce jour à l’issue de ce scrutin est joint à ce propos liminaire aux fins de faire état des fraudes massives organisées à dessein par le régime en place afin d’opérer un passage en force dès le premier tour.

De ce qui précède, le Collectif des Forces du Changement (CFC) :

-         prend à témoin la communauté nationale et internationale du caractère volontairement vicié, du fait exclusif du pouvoir et de la CEI, du scrutin du 23 janvier 2011 dont les graves dysfonctionnements constatés ôtent toute crédibilité et toute fiabilité de ses résultats :

-         exige l’annulation de ces élections qui ne sauraient refléter les suffrages des populations du fait de leur caractère non transparent et non libre ;

-         usera de toutes les voies de droit pour faire respecter la volonté du peuple centrafricain sorti massivement pour faire le choix de l’alternance démocratique par les urnes ;

-         appelle tous ses militants, ses sympathisants, l’ensemble de la population centrafricaine et les démocrates du monde entier à se mobiliser davantage pour barrer la route au hold-up électoral méticuleusement préparé et soigneusement exécuté par le Général François BOZIZE et son parti  KNK.

Enfin, le Collectif des Forces du Changement (CFC) rejette d’avance et ne reconnaitra  pas les résultats  de cette mascarade électorale.

  

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 08:29

embleme centrafrique

 

Les principaux candidants aux élections présidentielles en République Centrafricaine donneront une conférence de presse conjointe ce mardi 25/01/2011 .

Cette décision est prise hier tard compte tenue de l'ampleur de la fraude. Probablement ils exigeront  purement et simplement l'annulation du scrution.

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 00:35

 

Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain

 

Liberté Justice Travail

 

Fédération de Bangui II

 

Sous fédération du 8ème Arrondissement

 

Membre de l’InternationalE  socialiste

 

 

Elections 2011 en République Centrafricaine

Rapport  circonstancier des opérations électorales présidentielles et législatives dans le 8ème arrondissement de Bangui

 

 

 

Dr Zéphirin MOGBA, Candidat à la députation

Joseph FEIDOUM, Président sous fédéral de MLPC

Raymond MOUSSA, Rapporteur général

 

  

BANGUI, Janvier 2011

I. Le contexte électoral en République Centrafricaine

        Les élections présidentielles et législatives de 2011qui viennent d’être organisées par  la Commission  Electorale Indépendante (CEI) se sont déroulées dans un désordre entretenu par  le régime. En  effet, les multiples interpellations des partis politiques et de la société civile sur le report de la date des élections ou encore la recherche d’un consensus autour de sa faisabilité ont été toujours balayées du revers de la main par le Général Bozizé lors de ses rencontres avec les forces vives de la nation.  Les calculs politiciens de la majorité KNK  ( Kwa Na Kwa) démontrent aujourd’hui à suffisance, au regard des faiblesses et faits négatifs constatés, la volonté manifeste de va t en guerre en dépit des crises militaro-politiques récurrentes que connait encore la République Centrafricaine dans l’arrière pays avec des rébellions hétéroclites dans 8 préfectures sur 16.

 

        Le peuple  centrafricain  espérait  de ces élections une nouvelle vision et devenir social si elles étaient bien organisées conformément aux recommandations du DPI (Dialogue Politique Inclusif). Malheureusement, le régime de Bozizé, à travers sa volonté de maintenir à la tête de la CEI  un coordonnateur (RVP Bénguémalet)  incompétent et dépendant a créé le désarroi de la majorité du peuple centrafricain tant à Bangui que dans l’arrière pays.

II. Les faits constatés

1.    La démission de la CEI locale le vendredi 21 Janvier 2011 c'est-à-dire à 48 heures du démarrage des opérations électorales pour cause de trafic d’influence du Général Ministre de sécurité intérieure et en même temps candidat de KNK aux élections législatives. En effet, il avait conçu une liste illégale contraire à celle envoyée par la CEI locale à la coordination de la CEI Nationale en y intégrant plus d’une centaine de ses acolytes ;

 

2.    La non affiche des listes électorales dans les délais prévus par la constitution afin de permettre aux candidats et à l’électorat de se rendre dans les lieux indiqués de vote ;

 

3.    Nombreux électeurs n’ont pas pu voter car n’ayant pas leurs noms sur les listes détenues par les chefs de quartiers et tardivement affichées le jour même des votes; Ils ont passé toute la journée  à la recherche de leurs noms sur les listes dans les différents centres de vote ; Ils sont rentrés chez eux très mécontents sans voter ;

 

 

4.    Les visites intempestives du Général Ministre candidat scandées d’acte de corruption en argent (5000 FCFA ) de l’électorat le jour même de vote dans les centres retenus (Ecole Fombéka, Combattant, Saint Boris, Saint Jean) pour acheter leurs voix ;

 

5.    Les incursions de son épouse habillée  en tenue militaire dans les centres de vote en proférant des menaces aux électeurs comme quoi ceux qui ne voteront pas son mari auront à répondre de leurs actes après la proclamation des résultats ; Cela s’est fait aux yeux et sus des forces de l’ordre  (Police et Gendarmerie) ;

 

6.    La distribution des cartes électorales parallèles aux jeunes désœuvrés et diplômés sans emploi en vue de voter  à plusieurs  reprises moyennant une récompense. Certains électeurs ont confirmé avoir voté plus de 20 fois dans plusieurs centres et  bureaux de vote; Il s’en est suivi de nombreux cas de saisie et d’arrestation ;

 

7.      Plusieurs électeurs frauduleux ont été arrêtés avec des sacs remplis de nombreuses cartes illégales. Tels ont été les cas du Maire du 8ème arrondissement, des jeunes et un vieux de 53 ans et conduits à la gendarmerie. Malheureusement, ils seront relâchés par le Général Ministre candidat à la députation Jules Bernard OUANDE ; (Ci jointes les images de certaines cartes et des fraudeurs arrêtés et détenus sur les lieux de vote par la gendarmerie)

 

8.    L’éruption des éléments de la police et de la gendarmerie sur instruction et pression[1] du candidat Jules  Bernard Ouandé dans les centres de dépouillement vers 19 heures dans le dessein de frauder pour le compte du parti KNK et son Président BOZIZE ; Tel est le cas du Centre Saint Jean à Galabadja N° 7, Saint BORIS ; Les électeurs réclament l’annulation des votes dans ces centres pour cause de fraude ;

 

9.    L’absence  de liberté et de sécurisation de l’électorat face à la dotation par le Général Ministre candidat Jules Bernard OUANDE des gourdins à des jeunes déscolarisés pour intimider les électeurs dans les centres et bureaux de vote ;

 

10.                        La  prolongation  des votes au-delà des heures légales  de clôture confiscation de tous les procès verbaux par la CEI locale et leur acheminement par les motos Taxis réquisitionnés par Jules Bernard OUANDE

II. Conclusion

        Fort de tout ce qui précède, les militants du parti MLPC du 8ème arrondissement recommandent au Bureau politique  les actions suivantes :

1.    L’annulation des opérations électorales présidentielles et législatives  organisées dans le désordre  par la CEI pour cause de fraude massive et bourrage des urnes ;

2.    L’organisation par l’UFVN et CFC des conférences de presse en vue de présenter à l’opinion nationale et internationale les faits et preuves des irrégularités ;

3.    La poursuite judiciaire des fraudeurs et détenteurs des cartes illégales arrêtés par la gendarmerie et police afin de démontrer au peuple centrafricain les réseaux et filières officielles et officieuses de distribution.

 
   

 

                                                             TABLEAU SYNOPTIQUE DES IRREGULARITES CONSTATEES LORS 
                                                                        DES ELECTIONS GROUPEES DU 23 JANVIER 2001
Préfectures  Arrondt./Sous-préfecture Irrégularités Constatées
BANGUI 1er Arrondissement *Nombreuses omissions sur les listes électorales
    *Intimidation des représentants des candidats de l'opposition par les 
    forces de l'ordre
  2e Arrondissement *Nombreuses omissions sur les listes électorales 
    *Tentatives de substitution des urnes par les enfants de BOZIZE 
    *Menaces de tous genres
  3e Arrondissement *Saisie de 24 Cartes d'électeurs dans le secteur de la Mosquée Centrale
    *Nombreuses Omissions des cartes d'électeur
    *Installation des bureaux de vote parallèles ou fictifs
  4e Arrondissement *Nombreuses omissions sur les listes électorales (la candidate Lucie AGBO
    et son mari n'ont pas pu voter).
    *Irruption des forces de défense et de sécurité dans les Centres.
     de dépouillement
    *Votes parallèles chez des particuliers (bureaux parallèles)
    *Des bureaux de vote délibérement fermés et sciemment rabattus sur un seul
     bureau entrainant des congestions  (Absence des Membres du Bureau)
     et surtout dans les zones favorables à Me Tiangaye et l'opposition
    *Des urnes sont remplies et les Procès Verbeaux signés au préalable 
    avant le dépouillement.
    *Des bureaux de vote déliberement fermés avec des urnes à l'interieur
     pendant le scrutin à l'école chinoise.
  5e Arrondissement *Les Listes ne sont affichées que dans l'après midi du scrutin  
    *Installation des bureaux de vote fictifs dérrière l'Eglise "Cité de la foi"
    *Des cartes parallèles donnant automatiquement accès aux bureaux de votes
  6e Arrondissement *Mbossoro et Bimbo 3, aucune liste affichée
    *Desordre organisé
    * Noms des électeurs omis volontairement
  7e Arrondissement *Tentative de substitution des urnes
    *Nombreuses omissions sur les listes électorales
BANGUI 7e Arrondissement * Ménaces à mains armées proférées contre le Député sortant Me LAVOU
  8e Arrondissement *Nombreuses omissions sur les listes électorales
    *Détention par un chef de quartier de certaines listes électorales
    *Irruption des forces de défense dans les centres de dépouillement 
    *Agressions physiques des représentants des candidats de l'opposition
BAMINGUI BANGORAN BAMINGUI  
  NDELE *Toutes les communes n'ont pas voté sauf le centre ville de Ndélé;
    *Manque de Procès verbaux et insuffisance des bulletins de vote
    *Accrochage et bagarre entre les élements du KNK avec les militants du 
    MLPC à Kotissako (45 km de Ndélé)
BASSE-KOTTO Alindao  
  Kémbé  
  Mobaye *Instrusion des militaires dans les bureaux de vote et centres de dépouillement 
    *Bourrage des urnes par les autorités locales
    *Manque d'urnes dans 3 Communes 
    *Installation illégale d'urnes dans les domiciles de 3 Chefs de village
  Satéma   
  Zangba *Manque d'urnes d'isoloirs et de bulletins de vote
HAUT-MBOMOU Bambouti  
  Djémah  
  Obo *Intimidation et exclusion des représentants des Candidats de l'opposition
     dans les Bureaux de vote par les forces de défense et de sécurité
    *Listes électorales incomplètes 
    *Achat de conscience par le KNK
  Zémio  

 


[1] En effet, nombreux jeunes qui avaient reçu de Jules Bernard OUANDE de la viande de bœuf, du chinchard, de l’huile et autres produits alimentaires avaient l’obligation de lui donner leurs voix sous peine de se voir arrêter ou encore d’être abattu par lui-même en cas de sa défaite aux élections législatives.

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 00:17
Vote de rattrapage en Centrafrique qui attend les résultats de ses élections

 

© AFP
Opérations de recomptage des votes le 23 janvier 2011 à Bangui
© AFP Patrick Fort
BANGUI (AFP) - lundi 24 janvier 2011 - 21h26 - Les premiers résultats provisoires des élections présidentielle et législatives de dimanche en Centrafrique seront publiés à partir du 28 janvier, a annoncé lundi à l'AFP le rapporteur général de la Commission électorale indépendante (CEI), Rigobert Vondo.

"Nous publierons les résultats provisoires qui doivent ensuite être validés par la Cour constitutionnelle dans les cinq jours, c'est-à-dire à partir de vendredi", 28 janvier, a-t-il déclaré.

"Tous les PV (procès-verbaux) des bureaux de vote de Bangui sont arrivés à la CEI. Un premier avion avec des PV du reste du pays est arrivé aujourd'hui (lundi à 13H00 locales, 12H00 GMT) mais nous n'avons pas encore tous les PV", a ajouté M. Vondo.

Lundi, on a finalement pu voter dans le nord-est de la Centrafrique, où les électeurs s'étaient rendus en masse aux urnes dimanche, mais n'avaient pas pu voter dans les communes de Ouandja et Ouanda-Djallé, au sud de la ville de Birao, faute de matériel électoral, a expliqué Rigobert Vondo.

"Tout s'est déroulé sans incident", a-t-il assuré, alors que l'opposition dénonce des irrégularités du scrutin, dont le président sortant François Bozizé apparaît favori.

 


Dimanche, les opérations de vote avaient commencé en retard et avaient dû être prolongées tard en soirée. Le dépouillement a débuté à la lumière de la bougie et de lampes de poche faute d'électricité en beaucoup d'endroits, mais aucune estimation n'était encore disponible.

"Nous ne sommes pas encore en mesure d'avancer de chiffres", a avancé le porte-parole de la CEI. Les résultats complets provisoires devraient être annoncés dans les huit jours après le scrutin.

"Le manque de lumière, nous y sommes habitués mais c'est surtout le transfert des résultats qui pose des problèmes", a affirmé à l'AFP un membre de la CEI.

Pas facile en effet de collecter les résultats dans un pays où les communications fonctionnent mal, où tout déplacement est compliqué en raison de la faiblesse des infrastructures routières ou de l'insécurité.

Pour le coordinateur national de l'Observatoire national des élections, Fulgence Zeneth, qui a dirigé 500 observateurs sur le terrain -parmi 1.500 nationaux et étrangers- "la forte mobilisation" ainsi que la tenue des "élections sur l'ensemble du territoire" alors que "personne n'y croyait" sont des "motifs de satisfaction".

Il a toutefois souligné des "dysfonctionnements": "tous ont décrié la mauvaise organisation surtout en ce qui concerne les listes électorales soit affichées en retard, soit existantes, ou qui se retrouvaient aux mauvais endroits".

 


Pour la présidentielle, François Bozizé fait face à quatre autres candidats. Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2003 dans un pays rendu exsangue par de multiples rébellions, mutineries militaires et putsch, il avait été réélu en 2005.

Ses principaux adversaires sont le président qu'il a renversé Ange-Félix Patassé (1993-2003), l'ex-Premier ministre (2001-2003) Martin Ziguélé, et Jean-Jacques Demafouth, ex-ministre de la Défense et chef d'une des principales ex-rébellions.

M. Ziguélé a réitéré lundi ses accusations de fraudes, en parlant de "de fausses cartes" d'électeurs, de "cas de violences à Bocaranga (ouest) où le président du bureau a fait tirer l'air pour faire partir les assesseurs", et de menaces de mort contre ses proches.

Les autres opposants ont aussi dénoncé des fraudes. Guy-Simplice Kodegué, porte-parole de M. Patassé, a évoqué le problème des listes et "des fausses cartes" ainsi que des violences à Berberati (ouest).

A plusieurs reprises la semaine dernière, le président Bozizé a balayé ces déclarations, accusant l'opposition d'être de "mauvaise foi". Le "pari des élections est un pari gagné", avait-il estimé dimanche.

 

 

Repost 0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 23:56

 

 

 

RCA découpage électoral

 

Source : Fasozine.com Lundi, 24 Janvier 2011 16:37 Bark Biiga

Premier pays d’Afrique à ouvrir le bal des élections pour l’année 2011, la Centrafrique n’a pas rompu avec les vieux démons qui hantent toujours la faune politique du continent. Piégés par plusieurs années de conflits politico-militaires ce pays avait pourtant besoin de renouer avec la paix, seul gage d’un développement humain durable. Dans cette optique, le double scrutin de ce dimanche 23 janvier était destiné à ouvrir la voie à une nouvelle ère politico-sociale. Mais hélas!  

Si l’on peut saluer la forte participation des Centrafricains à ces consultations, l’organisation ne semble pas avoir été à la hauteur des attentes. Ce ne sont pas seulement les opposants au pouvoir sortant qui dénoncent des dysfonctionnements criards. La mauvaise organisation, surtout en ce qui concerne les listes électorales affichées en retard, aux mauvais endroits ou carrément introuvables, a été relevée par les observateurs nationaux et internationaux comme un des points noirs qui risque de ternir l’image de ces élections.

Et comme on doit s’y attendre, cela va apporter de l’eau au moulin des opposants qui n’ont pas attendu les résultats pour crier à la «fraude». Une levée de boucliers qui n’honore pas la Centrafrique et partant l’Afrique qui continue de donner l’impression d’être toujours imperméable aux vertus cardinales de la démocratie.

Avec toutes ces tares politiques qui font déjà trop souffrir les populations du continent, on se demande jusque à quand faut-il tolérer ces élections mal organisées qui ne débouchent que sur des calamités pourtant évitables.

Repost 0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 23:49

Résultats provisoires du bureau de vote de l'Ambassade de Centrafrique à Rabat.

 

bulletin de vote

 

Elections présidentielles 2011

     

Comité d'Ambassade de Rabat

     
           

Nombre d'électeurs inscrits :

 

541

   

Nombre de votants:

 

449

Soit

82,99

 

Bulletins nuls

 

5

   

Suffrage valablement exprimé:

 

444

   
           

N0

Nom et prénoms

Parti

Suffrage

Pourcentage

 

1

Francois Bozizé Yangouvonda

KNK

382

86,04

 

2

Ange Félix Patassé

Indép.

8

1,80

 

3

Jean-Jacques Demafouth

NAP

3

0,68

 

4

 

 

 

 

 

5

Emile Gros Nakombo

RDC

20

4,50

 

6

Martin Ziguélé

MLPC

31

6,98

 
         
Repost 0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 20:58

 

Lundi 24 janvier 2011 1 24 /01 /Jan /2011 15:26

 

bulletin de vote

 

 

 

 

Malgré l’accumulation de témoignages et de rapports accablants, le silence de l’ONU et de la communauté internationale demeure assourdissant. On ne sait même plus qui montrer du doigt en premier tant la situation est énorme !

 

Les Centrafricains se battent à mains nues, sur fond de bruit de bottes et de rumeurs que la garde prétorienne de Bozizé, munie de multiples  urnes bourrées au profit du KNK parti au pouvoir, est prête à intervenir le cas échéant.

 

Le stade de hold-up électoral est dépassé, nous sommes en présence d’un véritable coup d’état.

Et personne ne dit rien. Les médias occidentaux sont muets sur l’étendue de la fraude et des irrégularités et préfèrent donner Bozizé favori. La République Centrafricaine n’existe même pas ! Le peuple centrafricain crie, mais personne ne l’entend. Bozizé compte se faire proclamer vainqueur dès le premier tour. Il aurait quitté Bangui ce matin pour Brazzaville. Pour y faire quoi ? Mystère et boule de gomme 

 

La douleur est incommensurable mais la lutte continue.

 

 

Le Far-West à Bangui !

 

le 24 janvier 2011

 

A Bangui, de nombreux dysfonctionnements ont émaillé le vote :

 

·         Dans le 7ème arrondissement, le candidat KNK Thierry Maléyombo s'est battu avec l'autre KNK du 7ème, Jérôme Lavou le député sortant. Au 2ème round, le ministre KNK des télécommunications a menacé son challenger avec un revolver devant témoins. Qu’en est-il de la suite de cette grave affaire ?

 

·         Le suppléant du candidat Aurélien Simplice Zingas et d'autres personnes appréhendées aujourd'hui avec du matériel de fraude ont toutes été déférées ce soir à la SERD.

 

3.    A Mbaïki, 18 urnes ont été mises sous scellé. Elles constituaient la cargaison du ministre résident de la Lobaye qui a été appréhendé hier par des compatriotes vigilants de la ville.

 

4.    A Berberati,  le ministre résident de la Mamberé-Kadeï a fait descendre sur la cité, l'ensemble des cadres de son ministère pour organiser et superviser la fraude. Des bureaux parallèles ont vu le jour. Les listes affichées, incomplètes et près de 200 hommes en tenue mis à profit pour intimider. Dans l'impossibilité de superviser un vote parfait, l'ensemble des partis politiques, y compris ceux de la majorité présidentielle comme le PDCA, le PNCN, les indépendants ainsi que les représentants de l'opposition : RDC, MLPC, NAP et Groupe Patassé ont quitté tous les bureaux de vote et ont saisi la CEI locale, les autorités judiciaires, les missions d'observations. Par conséquent les PV des bureaux n'ont pas été signés par eux. Tout a été mis en œuvre pour non seulement frauder mais aussi humilier les principaux leaders de l’opposition que sont notamment Martin Ziguélé et Nicolas Tiangaye respectivement à Bocaranga et dans le 4ème arrondissement de Bangui où ils sont alignés pour les législatives.

 

5.    A Sosso Nakombo, le KNK a tenté de semer la zizanie mais la direction locale de campagne du RDC a empêché cela.

6. A Mala le candidat du CRPS Jean Pierre Mara a été physiquement agressé par des nervis du KNK avec la complicité du commandant de brigade de la gendarmerie de cette localité qui a ouvertement battu campagne pour le KNK.

 

Par Centrafrique-Presse.com - Publié dans : Politique
Repost 0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 10:21

Les élections présidentielles  ce sont déroulées dans le calme à  Bordeaux

 

 

078

 

 

Voici les résultats:

 

Inscrits 312

Votants 158

Bulletins nuls 8

 

FRANCOIS BOZIZE                                   91 VOIX SOIT  60.66%

 

EMILE GROS RAYMOND NAKOMBO    21 VOIX SOIT 14%

 

MARTIN ZIGUELE                                       20 VOIX SOIT 13.33%

 

ANGE FELIX PATASSE                            16 VOIX SOIT 1066%

 

JEAN JACQUES DEMAFOUTH                 02 VOIX SOIT 1.33%

 

                                

 

 

Repost 0

Recherche