Dominique Strauss-Kahn devant son domicile new-yorkais, le 1er juillet 2011

Dimanche, le tabloïde New York Post affirmait que le procureur Cyrus Vance allait demander, lors d'une audience prévue mardi, l'abandon de toutes les charges contre Dominique Strauss-Kahn, poursuivi pour agression sexuelle et tentative de viol.

M. Vance s'apprête à déposer une motion de recommandation de rejet. Cette motion fera valoir que les charges retenues contre l'ancien ministre français, accusé par une femme de chambre guinéenne de l'avoir agressée et contrainte à une fellation le 14 mai au Sofitel de New York, ne peuvent être prouvées "au delà d'un doute raisonnable", en raison de doutes sur la crédibilité de l'accusatrice, ajoutait le quotidien citant des sources proches du procureur.

Contacté par l'AFP, celui-ci s'est refusé à tout commentaire.

Samedi, l'avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson avait été dans le même sens : le procureur lui ayant demandé par courrier à revoir lundi Mme Diallo, Me Thompson l'a interprété comme le signe que les poursuites allaient être abandonnées.

"S'ils ne s'apprêtaient pas à abandonner les poursuites, ils n'auraient pas besoin de la rencontrer", a-t-il déclaré au New York Times. "Ils iraient juste au tribunal le lendemain et diraient +nous allons poursuivre l'affaire+".

Le courrier du bureau du procureur se résume à deux paragraphes lapidaires: "Je voudrais inviter votre cliente à assister à une rencontre dans les bureaux du procureur (...) le 22 août à 15H00 (19H00 GMT), afin de lui expliquer ce qui, je pense, va se passer au tribunal le jour suivant" écrit le procureur-adjoint John McConnell. Il précise que ni la date ni l'heure de cette rencontre ne peuvent être modifiées.

Les motions de recommandation de rejet sont généralement immédiatement acceptées par les juges, selon les experts, et si c'est le cas, Dominique Strauss-Kahn pourrait être libre de retourner en France immédiatement.

L'ancien directeur général du Fonds monétaire international, 62 ans, est sous le coup de sept chefs d'accusation, dont agression sexuelle, tentative de viol et séquestration. Son passeport a été retenu par la justice afin d'éviter tout risque de fuite à l'étranger.

Il a plaidé non coupable le 6 juin, trois semaines après son arrestation spectaculaire dans un avion qui s'apprêtait à décoller pour la France.

L'audience de mardi pourrait ainsi mettre fin à une saga judiciaire qui oppose depuis trois mois une modeste femme de chambre du Bronx à l'ex-patron du FMI, ancien favori pour l'élection présidentielle française de 2012.

Depuis des semaines, le procureur ne cache pas ses doutes sur la crédiblité de Nafissatou Diallo, 32 ans.

Il a fait savoir qu'elle avait menti à plusieurs reprises sous serment, notamment pour obtenir l'asile aux Etats-Unis en 2004. Dans le cadre de l'affaire DSK, elle aurait menti en relatant ce qu'elle avait fait après l'agression présumée.

Les relations sont extrêmement tendues entre le procureur et les avocats de la femme de chambre, qui ont, parallèlement à la procédure pénale, engagé une action civile le 8 août, pour obtenir de DSK des dommages et intérêts.

Pour tenter de restaurer sa crédibilité, la jeune femme illettrée avait donné fin juillet une longue interview télévisée, racontant les larmes aux yeux, avec force détails et mimiques, la brutalité de ce qui se serait passé dans la suite 2806 du Sofitel.

Mais vendredi, une nouvelle information avait encore ajouté au trouble: elle faisait était d'une rencontre secrète fin juin, à l'initiative des avocats de Mme Diallo, pour essayer de parvenir à un règlement financier amiable avec les défenseurs de l'ancien ministre français.

Les avocats de la femme de chambre ont démenti.