4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 13:42

046-copie-1Communiqué de presse: Appel à la démission de la transition et la nomination d'un Administrateur de l'ONU

L’immense majorité des patriotes centrafricains  n’a pas attendu Bozizé pour demander la démission de DJOTODIA.  Si son régime  dictatorial  avait géré la Centrafrique en bon père de famille, nous ne serions pas là aujourd’hui à enterrer nos frères et sœurs assassinés par la SELEKA. Bozizé a aussi une lourde responsabilité dans le malheur de notre peuple.  Tous ceux qui l’ont aidé et  qui ont soutenu son régime subiront les mêmes sanctions lorsqu'un pouvoir  démocratique reviendra.

Nul ne doute que la transition conduite par DJOTODIA a échoué. Il prétendu venir sauver le peuple mais depuis plus d'un an, ses barbares de la SELEKA  sème le chao dans famille.

Nous n’avons pas attendu non plus JOSEPH MBENDOUNGA pour réclamer la démission de DJOTODIA et de tous les  acteurs de la transition  qui, pour des intérêts égoïstes  collaborent à ce jour avec les SELEKAS y compris MBENDOUNGA, ZIGUELE, TIANGAYE, ETC.

Quand auLe Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC), parti de paix, il doit maintenant se désolidariser de cette transition qui massacre le paisible peuple centrafricain.

Le RDC est un parti démocratique qui prône la paix comme le martelait le président fondateur LE GENERAL ANDRE KOLINGBA et non la guerre en apportant un soutien à une transition qui  tue son peuple.

Et en ce sens, les propos du frère BLAISE FLEURY OTTO, porte-parole du parti qui appelle à continuer cette transition (journal de rfi du 03/01/2014) ne reflète pas l’opinion de l’immense militants du Rassemblement Démocratique Centrafricain. Cette transition n’est  plus viable et ce n’est pas elle qui pourra conduire le processus électoral transparent en Centrafrique.

Je demande au bureau politique du parti de  Cesser  de s’accrocher à ce bateau ivre  de la transition conduit par DJOTODIA, ZIGUELE, TIANGAYE et leurs alliés.

Nous devons écouter la voix de nos militants et militantes qui nous alertent sans cesse des turpitudes de cette  transition.

 Tout au contraire, la démission des acteurs actuels de la transition sera un acte salutaire et un souffle  nouveau mais n’aggravera pas les difficultés de notre pays.

C’est seulement à des conditions là qu’un administrateur des nations unies pour la paix en Centrafrique sera nommé et  appuyé par le déploiement des casques bleus afin  de mettre fin au chao  actuel, pacifier  la Centrafrique et mettre en place une nouvelle transition véritablement démocratique.

Fait à Cenon, le 04 Janvier 2014

ALALENGBI SIMON

CADRE DU RDC 

PRESIDENT DE L’ASSOCIATION DES AMIS DU PRESIDENT ANDRE KOLINGBA

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Recherche