9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 23:32

Le Pr. Gaston Mandata N’Guérékata rencontre des Centrafricains à Paris

Par Joseph Kpossa-Manga - 05/10/2011

L'Ancien ministre de la Recherche scientifique et technique chargé de l’Environnement est actuellement Enseignant-Chercheur à Morgan State University à Baltimore

 

Bonjour Professeur. Pouvez-vous nous dire les raisons de votre séjour français?
Paris est sur la route qui mène de Baltimore à Bangui, j’y ai fait escale pour rencontrer les Centrafricains, les amis de la RCA afin de passer en revue l’actualité de notre pays, de la sous-région ainsi que celle du monde.

En votre qualité d’ancien ministre de la recherche scientifique et Recteur d’Université, quel sentiment avez-vous sur l’issue de la grève des enseignants du supérieur et des étudiants?
Que du temps, énormément de temps perdu et c’est la principale caractéristique du régime KNK. Les enseignants et les étudiants étaient dans leurs droits et le pouvoir a engagé un bras de fer inutile. Du temps perdu pour ce pays qui n’en a pas besoin. Le gouvernement a reconnu la légitimité de la grève pour rien puisque l’ancien Recteur a été révoqué. La reprise des cours à l’université même si elle éloigne le danger d’une année blanche, ne résout pas le problème. En effet, même si je ne le souhaite pas, tant que les questions soulevées ne seront pas réglées de façon globale, au mois d’avril de l’année prochaine, les enseignants feront encore une autre grève pour exiger que ce gouvernement tienne ses promesses. Ce sera encore un autre gâchis. Voyez-vous, comme hier pour la crise universitaire, aujourd’hui le Choléra se propage en Centrafrique alors que cela fait plusieurs semaines qu’il était signalé à nos portes. Même attitude pour les affrontements interethnique de Bria où celui qui est considéré comme le garant de l’intégrité physique et morale de chaque Centrafricain a attendu plusieurs jours pour venir nous dire qu’il n’a rien à voir dans ce qui s’est passé. Une façon de dire qu’il n’est en rien concerné par les problèmes auxquelles nous sommes confrontés quotidiennement. La crise de l’énergie dure depuis plusieurs années mais nous avons eu le même ministre pendant près de 7 ans. Il en est de même pour la crise sécuritaire qui s’est amplifiée depuis 2006 mais nous avons le même ministre de la défense. Je pourrais vous citer ces exemples à l’infini.

Il y a six mois le Général-Président François Bozizé Yangouvonda prêtait serment. Quelle lecture faites-vous de ce début de quinquennat?
J’attends toujours de voir le début du quinquennat en question pour apprécier. En effet la prestation du 15 mars 2011 ne constitue pas un point de référence puisque rien n’a changé depuis lors et que toutes les crises précédant cette date ont connu des évolutions qui nous font craindre le pire pour les temps à venir. Il est démontré que nous nous acheminons inéluctablement vers le moment où ces crises atteindront leur paroxysme.

Et votre analyse du comportement des partis politiques d’opposition?
Un seul mot: déception!

Finalement, où peut-on vous situer sur l’échiquier politique centrafricain puisqu’on pourrait vous placez dans cette opposition?
Ma famille politique d’origine est le Rassemblement Démocratique Centrafricain. Je suis actuellement membre du Mouvement citoyen Fini Kodé. J’appartiens à l’opposition légale, c’est-à-dire celle qui n’a pas pris les armes contre Bozizé et le KNK mais contre qui, certains envoient des tontons-macoutes, usent d’intimidation, espionnent et brutalisent. Mais au regard de la situation que traverse actuellement notre pays, il faut procéder à la mise en place d’une force qui dépasse les cadres partisans pour fusionner toutes les intelligences afin de travailler à son redressement. Je suis conscient que c’est l’unique possibilité pour assurer la rupture. C’est vous dire que l’offre politique envisagée dépasse le cadre de ma famille politique originelle et intègre toutes les forces positives de la RCA. Pour répondre clairement à votre question, j’appartiens à la famille politique de ceux qui s’opposent à la République du KNK ainsi qu’à ses méthodes qui favorisent la régression quotidienne de notre

Mais la République Centrafricaine vient à peine de sortir de sa dernière période électorale, êtes-vous en train de vous positionner pour 2016?
2016 est à la fois si loin et si proche de nous. Il n’est pas une obsession et une fin en soi car nous ne savons pas de quoi le lendemain sera fait. Par contre nous savons de quoi le présent est fait. Il est fait de chaos, de désolation, de famine, de clanisme, d’affairisme, de brutalité, d’impunité. Le présent? C’est encore un pays qui est devenu une caricature de République aux institutions euthanasiées, au chômage endémique et aux problèmes environnementaux, scolaires, universitaires et sanitaires aigües. Le présent, c’est enfin un État privatisé au bénéfice d’un clan à l’intérieur duquel prospèrent toutes les violations qui existent sous le soleil. Pour le moment, nous travaillons à réaliser le plus grand rassemblement possible des Centrafricains afin de créer la dynamique du changement et trouver les solutions aux différents problèmes qui constituent les défis que doivent relever les fils et les filles de la RCA d’aujourd’hui et de demain. Et si ce travail devra m’emmener en 2016 à me présenter devant mes compatriotes, croyez-moi, ma détermination n’aura jamais été aussi grande qu’elle ne l’est aujourd’hui. Nous travaillons en ce moment à la constitution d’une alternative crédible à François Bozizé et le KNK.

UN COMMENTAIRE QUI EN DIT LONG

 

Il est permis a tout le monde de rêver,le règne de la démagogie le permet largement

Par AALM,l'étudiantt en science-po

06/10/2011 12:04

Il est permis à tout le monde de rêver de la Mangeoire,seul le peuple décide. La politique du ventre fait bouger beaucoup de gens même les grands complexés qui ne peuvent se mélanger à un bas peuple.
Qu'est-ce que cet individu a fait dans et pour ce pays jusqu'à sa soixantaine sonnante? Pourquoi ne dénonçait-illes régimes durs d'avant comme la franchise qu'il retrouve aujourd'hui ?Les gens du RdC dont il expliquait à voix basse la methode avec laquelle ils s'appropriaient frauduleusement les villas d'etat sans débourser un rond ou des crédits minimes sans honorer? IL SE FAISAIT TOUT PETIT,pensant à son intére^t du moment,le poste ministériel après avoir massacré les étudiants dans cette même université dont il se soucie curieusement de l'avenir.Ce monsieure mal dans sa peau, pour lui et plein d'autres,vivre au pays,il faut être ministre ou président. Profeseur en frustration de statut social ,il humiliait ses frères étudiants. du jour au lendemain le voilà devenir peuple?
Il a composé avec les pires dictatures sans brancher,maintenant la démocratie doit leur servir de terrain de désordre. Tous les rats sortent des trous,et comme nous sommes un peuple maudit près à écouter n'importe quel charlatan,voilà qu'on ne ramasse qui on mérite et notre calvaire de rallonger.
Il était à l'aise avec une dictaure pendant que les autres luttaient;la démocratie arrivée par patassé,monsieur se dit obligé de quitter le pays. C'est un allergique à la démocratie,qui revient nous parler des bienfaits de la démocratie .Il vient nous faire de la démagogie sur le cholera. L'Etat c'est qui pour lui? De qu'il a eu vent de cette menace,qu'est-ce qu'il a fait lui comme citoyen connaissant son pays et ses difficultés et faiblesses? c'est bien beau de venir faire le malin sur des situations et se pavaner à paris, quand soi même ne réagit pas concrètement sur les faits,sinon bavarder,bavarder .Cela tout le monde sait le faire. avec des si, bangui serait depuis Dubai.
Que le titre de professeur ne cache la personnalité de la personne. C'est un frustré extravagant,complexé dont ces mathémathiques lui permettent d'exploiter et assouvir sa folie.
Alors que les africains veulent autre chose pour l'afrique,ces attardés et apprentis politiciens qui n'ont rien à voir avec la politique qui implique la direction d'un pays ou ayant une proximité ou humilité face à un peuple pauvre,viennnent polluer cet espace et en appellent encore avec l'extérieur pour ce qui incombe à une Nation. Voila un Nègre type esclave que décrivent certains spécialistes français de la politique africaine qui croient encore que pour accéder au pouvoir,ils le seront par les colons. Avec tout ce savoir exhibé en être encore réduit à cela,montre combien l'instruction aurait servi pour ce clown qui commence à s'y croire; pauvre centrafrique.Le peuple est souverain pour nous vrais intellectuels et jeunes générations. ces tontons has been n'ont qu'à se recycler dans le commerce et developper notre pays . il y a plein à faire dans ce pays,il n' y a pas que la politique. Nous ,on n'a besoin des mandela ,pas des farfelus beni oui oui qui pensent aux peuples que sous déguisement de leurs propres poches. A quand une vraie constitution qui interdirait le financement étranger at qui n'autorise qu'aux gens ayant demeuré au moins 3 à 5 ans dans le pays pour prétendre à quoi que ce soit.Ainsi,tous ces rêveurs coupés de la réalité du peuple qui devient leur réalité que par le discours,le peuple apprendra à les connaitre avant de boire leur paroles.la constitution haitienne ,puisque ce monsieur fait référence au tonton macoute,un pays où il a des ex femmes,est claire sur ce point(voir le cas w cleef jean)
Quelqu'un parlait du cas gouandika qui serait fou mais ce monsieur qu'en faites vous,lui aussi est dans la démesure,un égocentrisme sans pareil et un égo démésuré,qui croit être au dessus de la norme. Qu'il descende un peu sur terre,le peuple centrafricain n'en a cure des excités qui croit l'avoir dans sa poche,parce que certains se croient e^tre sur un pidestal et lui inculte avalant naivement leurs litanies.
Tous ces trous du cul qui voient en la démocratie le ieu de leurs désordre et marché où ils viendront déféquer leurs discours rodés de démagogue dont le seul but est leur ascension au pouvoir ou dans le cercle du pouvoir . Demain,le peuple en sera encore là à peiner. cette envie de démocratie ,ce monsieur ngrékata ne le découvre que maintenat à l'aube de sa retraite? pendant qu'il le fallait,on ne l'entendait pas troop,il se rangeait pour la mangeoire. si les maths doivent conduire à la grossièreté et au ridicule du présent,fallait pas aller si loin avec.
j'espère que ce site opposant va arrêter d'aller à la complaisance car on a tous lu et vu la réaction d'un compatriote qui,pour avoir dit certaines vérités sur certaines personnes qui pensent detenir la vérité sur les autres,,effacée grossièrement.
pourquoi solliciter les gens si le but n'est pas un débat contradictoire.
les centrafricains sont connus pour bouffer à tous les rateliers mais sur ce coup là.... c'est trop nul
quand on dit que l'obsession des hommes de peite taille c'est de grandir,grandir....

 

NDLR: Nous nous sommes déjà exprimés sur les agitations du professeur Nguerekata qui a tenté de faire une  OPA sur le RDC et qui a échoué. Il se rabat maintenant sur fini kodé une organisation qui n'est l'ombre que d'elle même...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche