28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 10:31

LES PREMIERS COUACS DU PREMIER MINISTRE NZAPAYEKE

NZA
 NZAPAYEKE signifie Dieu est vivant (présent, omniprésent) en français. Ce technocrate n’a pas été choisi pour son nom qu’on attribuerait volontiers à un ange en mission divine pour sauver le peuple centrafricain qui ne sait plus à quel saint se vouer. Un mois après la nomination de NZAPAYEKE, les Centrafricains campent toujours dans les zones de déplacés, les fonctionnaires ne sont toujours pas payés, les FACAS revoient les démons qui ont hanté leur nuit durant les 9 mois du duo funèbres DJOTODIA-TIANGAYE, les ménages sont fatigués par le « koko na soussou »(Légume fin et poissons séchés) national à répétition, faute de viande. Tout marche au ralenti.NZAPAYEKE qui aurait pu faire l’unanimité si les Centrafricains avaient un protecteur,  ne suffit pas à calmer les enfants terribles de La RCA. A peine arrivé à la tête du gouvernement centrafricain, le techno en chef qui n’a pas que des technocrates dans son gouvernement, a mis en colère la Présidente Cathérine SAMBA-PANZA(CSP). La scène s’est passée au Congo Brazzaville, premier pays africain où CSP a effectué son premier déplacement.
Le Congo veut normaliser ses relations en traitant d’égal à égal avec la RCA? C’est en tout cas le signe qu’il a voulu donner en refusant d’accorder une audience présidentielle au Premier Ministre(PM) centrafricain.
Alors que CSP a été reçue durant deux heures par le président Dénis SASSOU NGUESSO, le PM a cru bon de demander une audience pour être reçu à son tour. La Présidence Congolaise contacte la PrésidenteCathérine SAMBA-PANZA qui n’a pas reconnu l’y avoir mandaté. Cet épisode rappelle l’ère éphémère du trio funèbre qui se bousculait au portillon de Oyio,  la ville natale de SASSOU NGUESSO, pour profiter de sa générosité financière alors que le peuple tire le diable par la queue.
Autre reproche qu’on attribue au nouveau PM, son vœu d’occupation de la résidence officielle du maire de la ville de Bangui qui a été réhabilitée par l’ancien maire Jean Barkès NGOMBEKETTE.
Le Premier Ministre est vu par ses détracteurs pour quelqu’un qui regarde d’abord ses intérêts au lieu de vite s’atteler à la mission quasi impossible qui lui a été assignée: la reconstruction des institutions effondrées et l’organisation des élections dans un an.
 
Wilfried Maurice SEBIRO

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Recherche