3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 21:59
Affaire des quotas : Le mode d'emploi des deux commissions d'enquête
Le sélectionneur de l'équipe de France, Laurent Blanc, lors de sa conférence de presse à Bordeaux le 29 avril 2011 suite aux révélations de Mediapart.
Le sélectionneur de l'équipe de France, Laurent Blanc, lors de sa conférence de presse à Bordeaux le 29 avril 2011 suite aux révélations de Mediapart.
REUTERS/Regis Duvignau
Par Thomas Pitrel

Suite à l'enquête publiée par le site Mediapart, accusant la direction technique de la Fédération française de football d'avoir voulu instaurer des quotas discriminatoires chez les jeunes footballeurs, deux commissions d'enquête ont été mises en place ce mardi 3 mai 2011 (une par la fédération, l'autre par le ministère). Elles auditionneront les témoins dans les jours qui viennent et livreront leurs conclusions en début de semaine prochaine.

Qui auditionne

Deux commissions d’enquête ont été lancées. La première est une mission de l’Inspection générale de la jeunesse et des sports (IGJS), un service du ministère des Sports. La deuxième est une enquête interne de la Fédération française de football (FFF). Comme le président de la fédération, Fernand Duchaussoy, l’avait laissé entendre en conférence de presse vendredi 29 avril, celle-ci est menée par Patrick Braouezec, directeur de la Fondation du football et député de Seine Saint-Denis, et Laurent Davenas, président du Conseil national de l'éthique. Les deux hommes avaient déjà fait partie de la commission d’enquête sur la grève de Knysna, après la Coupe du monde 2010. Ils devraient baser leur investigation sur des auditions et sur les documents auxquels ils pourront avoir accès. D’après certaines informations, les deux commissions réaliseraient leurs auditions en même temps.

Qui est auditionné

François Blaquart, directeur technique national (suspendu samedi à titre provisoire), Erick Mombaerts, sélectionneur des Espoirs, Gérard Prêcheur, directeur du Pôle de formation national, et Jean-Claude Giuntini, sélectionneur des moins de 16 ans, devaient être auditionnés ce mardi 3 mai 2011, selon des sources internes à la FFF citées par l’AFP. Tous les autres participants à la fameuse réunion du 8 novembre 2010 dont Mediapart a publié le verbatim, y compris le sélectionneur de l’équipe de France Laurent Blanc, seront reçus dans la semaine. Laurent Davenas a tenu à préciser que Laurent Blanc serait reçu vendredi ou samedi à Paris, et non en Italie où il se repose actuellement.

Quelles conséquences

Alors que le prochain conseil fédéral devait être organisé le 20 mai, la FFF a décidé de réunir un conseil extraordinaire dans le courant de la semaine prochaine afin d’étudier les conclusions de sa commission d’enquête. Si jamais des salariés de la fédération sont reconnus fautifs, ils encourront des sanctions qui « pourront aller de l’avertissement à la mise à pied, voire au licenciement selon la gravité des faits », selon le journal L’Equipe. L’enquête de l’IGJS, elle, ne pourra aboutir qu’à des sanctions visant le directeur technique national François Blaquart, nommé par le ministère. La ministre des Sports Chantal Jouanno a également évoqué des suites judiciaires, si une infraction à caractère pénal est relevée. Enfin, la Fédération française de football cherchera à identifier la personne ayant transmis les informations au site Mediapart et pourrait même porter plainte contre X.

Partager cet article

Repost 0
Published by master
commenter cet article

commentaires

Recherche