Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 08:15

LE PRESIDENT DU PARC S’OPPOSE A LA CANDIDATURE DE NGUENDET A LA PRESIDENCE DE LA TRANSITION

1383797_596998640367009_1230727719_n

A la sortie d’une audience avec l’iman Kobine, président de la communauté islamique de Centrafrique le lundi 13 janvier 2014, le président du Parti pour la Renaissance Centrafricaine M. Gaston Nguerekata a appelé l’actuel président de la transition à faire preuve de sagesse en restant neutre dans l’élection du successeur de Michel Djotodia.

Le président du PARC, Gaston Nguerekata n’est pas passé par le dos de la cuillère pour demander à Ferdinand Nguendet de rester à l’écart dans le processus de la désignation du successeur de Michel Djotodia.

La première raison évoqué par le numéro 1 du PARC relève de la transparence « aujourd’hui le président du conseil National de la Transition est seul devant l’histoire qui aura à le juger. Pour nous, par soucis de transparence, il faudrait que ce dernier puisse se contenter d’organiser seulement l’élection car il ne peut pas être à la fois juge et part. En effet, une éventuelle candidature de sa part portera atteinte fortement à la transparence, ce que nous ne pouvons souhaiter pour la République Centrafricaine ».

La seconde raison pour M. Gaston Nguerekata est que l’actuel président de la transition par intérim ne saura faire unanimité et surtout accepté par le peuple. Sans indexer directementAlexandre Ferdinand Ngendet, le président du PARC a plaidé la neutralité: « Aujourd’hui, il faut un homme ou une femme neutre à la tête de ce pays afin qu’il puisse rassembler toutes les tendances autour de lui ».

Commentant la situation, le président a souligné que la population qui sort d’une grande souffrance n’a pas besoin d’un chef de fraction à la tête de l’Etat « il faut que le changement le soit dans sa totalité pour convaincre le peuple » a noté GastonNguerekata.

Même si le président du PARC a été très diplomatique, celui de la communauté islamique de Centrafrique lui est plus tranchant « je ne pense pas que l’on doit d’un coté organiser l’élection et de l’autre être candidat. Ce n’est pas faisable. Si le président du CNT veut se présenter, il doit déposer sa démission comme président de transition et président du CNT ».

Ce qu’il faut reconnaitre, c’est que le président de la transition par intérim Alexandre Ferdinand Nguéndet ne fait pas l’unanimité en République Centrafricaine même s’il a déjà clairement affiché ses ambitions. Beaucoup de Centrafricains le prennent, malheureusement pour lui, à raison pour un complice de Michel Djotodia. Sa présence à la tête de l’État signifierait une continuité et surtout la garantie pour les leaders de la Séléka.

Sylvestre Sokambi

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Recherche