22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 10:40

LE CORTEGE PRÉSIDENTIEL DE PLUS EN PLUS MEURTRIER

 

Rédigé le Mercredi 21 Août 2013 à 22:26 0 commentaire(s)



Depuis quelques temps, le cortège du Président de la Transition Michel Djotodia Am Nondroko ne cesse de faire des victimes. 


Le dernier fait date du 17 Aout 2013. Deux étudiants en médecine ont trouvé la mort devant l’Université de Bangui. Leur véhicule a été heurté par les éléments de la Séléka qui roulaient à toute vitesse pour rattraper le convoi présidentiel en provenance de l’aéroport. Un drame a alors frappé à la porte de ces deux futurs médecins à savoir, M. Désiré Goyou Zowaye et Aimé Sanlo. Quand à la situation de leur passagère admise à l’hôpital, les deux jambes sont fracturées. La situation des éléments de la Séléka qui étaient dans une Pick-up reste inconnue car ils étaient aussitôt emportés par leurs compagnons d’armes. 

Ce genre d’accident n’est pas le premier depuis que Michel Djotodia a pris le règne du pouvoir. Selon certaines informations, lors du retour du Chef d’Etat de la Transition Michel Djotodia du Kenya où il a pris part au Sommet des Chefs d’Etat des Pays du Grand Lac, un taximen avait été tué à côté de l’Hôtel Ledger par les membres du convoi présidentiel. 

En dehors même du cortège présidentiel, les éléments de la Séléka brillent par les accidents de circulation. Le mois passé, sept éléments de la Séléka ont trouvé la mort à l’entrée du lycée Gobongo suite à un accident de circulation qu’ils ont occasionné. Plusieurs cas des blessés ont été admis à l’hôpital pour des soins. Quelques jours plus tard, un huitième avait succombé suite à ses blessures. 

Ces quelques faits démontrent que le code de conduite n’est pas respecté par les éléments de la Séléka. Depuis leur entrée dans la capitale Bangui, les éléments de la Séléka deviennent de plus en plus violents au volant. Malgré les dispositifs de sécurité routière, ces derniers ne font qu’à leur tête et provoquent de nombreux accidents de circulation. « Il ne passe pas un jour sans qu’il ait accident de circulation. Ici au service d’urgence, les cas sont fréquents. La plus part des cas sont provoqués par les conducteurs des véhicules des éléments de la Séléka. Les causes de ces accidents sont les excès de vitesse et l’alcoolisme », a spécifié un infirmier urgentiste à l’hôpital communautaire de Bangui. 

A voir de prêt, bon nombre des éléments qui composent le cortège présidentiel n’ont pas été bien formés sur le code de la route. « Leur comportement au volant fait peur à la population et il est important de les éduquer car, avec ce rythme, ils pourraient aussi provoquer un accident où le chef de l’Etat pourrait être victime », selon un observateur. Pour lui, il est important de réduire les véhicules de convoi, mettre un motocycliste devant et à la fin du cortège pour protéger les autres passagers. 

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Recherche