21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 23:30

 

LA POPULATION DU KM5 DENONCE LA COMPLICITE DE LA MISCA AVEC LES ISLAMISTES D’OU LES ECHAUFFOUREES DE CE MARDI

  

http://static.blog4ever.com/2013/06/744338/artfichier_744338_3543209_201403184809993.jpg

 

Par Julien BELA

 

C’est un jeune qui a donné l’alerte : « Fuyez, les musulmans arrivent ! », à plusieurs reprises. La population a pris ses jambes au cou. Entre temps, ces islamistes ont jeté une grenade sur le pont Jackson. La MISCA présente à cet endroit, n’a nullement réagi, laissant faire ces islamistes. Un jeune au sein de la population civile aurait jeté une grenade contre la MISCA, puisque énervé par cette passivité complice. Il est difficile d’affirmer que la grenade a fait des victimes au sein de cette MISCA.
C’est alors que la MISCA déclenche le feu contre la population civile, les poursuivant avec des tirs nourris jusqu’à Saint-Jacques, allant jusqu’au Bar Bercy à Fatima, avant de revenir à leur base, en compagnie des islamistes. La MISCA basée au Km5 a un parti pris pour les islamistes qui ne fait plus l’ombre d’un doute. Il suffit d’aller au Km5 interroger les populations civiles. Plusieurs cas d’assassinats, dont le caporal-chef des FACA, ont eu lieu sous leurs yeux, sans aucune réaction. Est-ce cela la MISCA, il faut craindre le pire dans les jours à venir. La MISCA ne peut s’en prendre à la population civile, dès l’instant que ce sont les islamistes qui viennent provoquer. Ce qui est normal car ils sont assurés de la complicité de la MISCA.
La sécurité ne sera jamais réelle en Centrafrique, puisque la MISCA attise et entretient les foyers de tension au Km5. Question de prolonger indéfiniment leur mandat, car la RCA est devenue l’Eldorado, la zone d’abondance. Un caporal-chef FACA est égorgé au Km5, ni l’Opération Sangaris, ni la MISCA, ni la présidente de la transition, ni le premier ministre, ni la justice, ni l’Union Africaine, ni les nations-Unies n’ont condamné ce meurtre horrible. Où est Le Drian ? La justice est à deux (2) vitesses en RCA. Certains sont jugés, d’autres bénéficient royalement de l’impunité conférée par la Communauté internationale à travers une justice sélective. Les FACA ne sont-elles pas constituées d’êtres humains ayant du sang dans leurs vaines ?
Bangui, depuis plusieurs mois n’est pas sécurisée, ce qui dénote de l’incapacité et l’incompétence de Sangaris et MISCA, désormais complices d’un camp contre un autre. Lorsque les ressortissants tchadiens et l’ex-Séléka massacraient plus de 75 personnes, où étaient Sangaris et MISCA ? Les musulmans peuvent-ils devenir du jour au lendemain des victimes ? A l’exemple des populations civiles de Boda, les zones qui ont subi les exactions des ex-Séléka avec le concours des musulmans n’admettront plus les islamistes dans leurs localités. Le massacre des FACA est une autre dimension de cette face cachée de la crise centrafricaine, que personne n’évoque. Les autorités de la transition tournent autour du pot, sans prendre le taureau par les cornes.
Chaque jour qui passe, les FACA sont exterminées au vu et au su de tous, mais personne ne lève le petit doigt pour protester. Et pourtant, le chef d’Etat-major des Armées et son adjoint sont en train de faire un grand travail de moralisation, de conscientisation et de discipline au sein des Forces Armées Centrafricaines. A l’allure où vont les choses, que restera-t-il de soldats au sein des FACA ? Officiers et sous-officiers, hommes de rangs passent et trépassent. L’embargo sur les armes en RCA procède de la stratégie d’extermination des éléments FACA.
Le désarmement est désormais un mythe. Chaque jour ce sont des têtes qui tombent au Km5. La MISCA ne peut entretenir le feu en RCA. Les Centrafricains ont tellement souffert, pour supporter une prolongation, œuvre de la MISCA. Le virus tchadien a-t-il atteint la MISCA ? Les évènements de ce mardi au Km5 ont mis en lumière le caractère hautement partisan de la MISCA basée au Km5, il suffit de faire la statistique des cadavres pour s’en convaincre.

 

Julien BELA

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Recherche