27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 11:35
Samedi 26 février 2011 6 26 /02 /Fév /2011 22:35

 

 

QUAI D ORSAY

 

 

Paris, France 26/02/2011 (Pana) – Il y a un risque que la contestation des irrégularités électorales avérées lors du premier tour des législatives en Centrafrique se fasse par des voies autres que démocratiques et menace la sécurité de ce pays, a déclaré vendredi à Paris, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero.

S’exprimant lors d’un point de presse, il a regretté le fait que la mobilisation active de la communauté internationale n’ait pas permis de garantir, le 23 janvier dernier, un scrutin régulier, transparent et démocratique en Centrafrique .

«En particulier, les élections législatives ont donné lieu par endroits à de graves irrégularités. L’opposition a décidé de retirer ses candidats au second tour. Elle serait donc absente de l’Assemblée nationale issue de ce scrutin», a ajouté M. Valero.

Il a appelé tous les acteurs politiques centrafricains à renouer le dialogue pour que le second tour des législatives se déroule dans de meilleures conditions.

«Nous pensons que par le dialogue, la classe politique centrafricaine peut surmonter ses divergences et arriver à un terrain d’entente. Nous avons encore 48 heures pour agir et éviter le boycott du scrutin par l’opposition», a déclaré M. Valero

 

NDLR: A qui la faute? Le centre de l'Afrique va s'embrasser... la respnsabilité de ceux qui ont soutenu par tous le moyens le clan Bozizé

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche