Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 08:12

Radio Ndéké Luka Samedi, 02 Avril 2011 13:59

 

L’ancien président Ange Félix Patassé à enfin quitté Bangui ce samedi 2 avril 2011, pour se rendre à Malabo en Guinée Equatoriale. L’ex chef d’état centrafricain a pu embarquer à destination de Douala à bord d’un vol régulier de Kenya Airways. De là il prendra un autre vol pour Malabo. Un journaliste de Radio Ndeke Luka a été témoin de l’embarquement de Monsieur Patassé à l’aéroport international de Bangui Kpoko.

Ainsi s’achève un feuilleton de plusieurs jours. En effet, à deux reprises, l’ex-chef d’Etat qui a dirigé la République centrafricaine pendant 10 ans, de 1993 à 2003, a été empêché de quitter le pays pour aller recevoir les soins que nécessaire son état de santé. Une première fois, l’avion spécial que devait envoyer le président équato-guinéen pour son transfert n’a pas obtenu l’autorisation de survol du territoire centrafricain et d’atterrissage à Bangui.

La seconde  fois date du mercredi 30 mars dernier. Ce jour-là, Monsieur Patassé avait été interdit de prendre le vol de Kenya Airways après s’être pourtant présenté à l’aéroport et obtenu les assurances qu’il pouvait voyager. Ces assurances lui avaient été données par  l’ancien président burundais Pierre Buyoya, médiateur dans la crise centrafricaine, lequel avançait un engagement obtenu du président François Bozizé lui-même. Or les autorités sécuritaires de l’aéroport disaient s’appuyer sur des instructions émanant de la « haute hiérarchie de l’Etat ».

Pour se justifier, le gouvernement centrafricain avait alors indiqué que « les documents relatifs au voyage de Patassé n’étaient pas conformes et qu’il fallait une évacuation digne de ce nom, avec une prise en charge du trésor public. La destination finale proposée est l’hôpital Val-de-Grace de Paris et non Malabo ».

Les restrictions de sortie du pays s’étaient élargies à l’ensemble des opposants. Ces derniers ont toujours campé sur leur exigence que les élections du 23 janvier dernier soient annulées.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche