Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 23:25
Mercredi 14 août 2013

basket.png

Du 20 au 31 août prochain va se dérouler l’AfroBasket 2013 à Abidjan. Les 16 meilleures sélections africaines vont se disputer le titre continental ainsi que les places qualificatives pour le Championnat du Monde prévu en Espagne l’année prochaine.

 

Le développement du basketball s’est accéléré en Afrique depuis quelques années. Qu’en est-il du niveau réel de la discipline? Y a-t-il un engouement autour de ce sport souvent cité comme 2ème sport majeur derrière le football ?

 

L’Afrique sur la scène internationale

 

usa-vs-nigeria-2012-olympic-basketball-competition.jpg

Au cours de la dernière décennie, les nations africaines présentes sur la scène internationale n’ont pas réellement brillé. Les Championnats du monde de basket 2006 réunissaient 24 nations, avec trois représentants africains. L’Angola finissait avec une très honorable 10e place, le Nigéria 14e. Quant au Sénégal, il ne devait sa 22e place qu’à la différence entre le nombre de points marqués et encaissés : il avait en effet le même bilan victoires/défaites que le Panama et le Qatar (0 victoire pour 5 défaites). Quatre années plus tard en 2010, les équipes africaines chutaient de plusieurs rangs. L’Angola rétrogradait à la 14e place, la Côte d’Ivoire et la Tunisie, absentes en 2006, prenaient respectivement la 20e place et la 24e place.

 

Si l’on se réfère à la compétition phare, en l’occurrence les Jeux Olympiques, la situation n’est guère plus réjouissante. L’Angola seul représentant au cours des olympiades de 2004 et 2008 s’est systématiquement classé bon dernier. Lors de la dernière campagne olympique à Londres, en plus de la Tunisie qui était championne d’Afrique, le Nigéria s’est joint à l’événement après une campagne pré-olympique remarquable. La Lituanie et la Grèce, des références mondiales qui ont toutes deux chutées face aux Nigérians, peuvent en témoigner. Cependant, Nigérians et Tunisiens décevront tous les deux durant les olympiades. Les nigérians serviront même de sparring partner aux Américains qui ont établi un nouveau record de 3 pts lors du match de poule Nigéria – États Unis.

 

Serge-Ibaka-shows-just-how-thrilled-he-is-with-how-things-t.jpg

Un continent dépouillé de ses talents ?

 

L’équipe de basketball du Nigéria était essentiellement constituée de joueurs nés aux USA et ayant fait leurs classes dans les universités américaines. Les difficultés du sport africain résident dans l’organisation et le manque de structuration, cela pousse certains joueurs à opter pour d’autres pays afin de briller sur la scène internationale. C’est le cas des joueurs NBA Luol Deng (Soudan – Angleterre) et Serge Ibaka (Congo – Espagne).

 

4659c332ea48fa5b6a5f33a7b689a303_640x306.jpg

Boris Diaw (Sénégal), Joakim Noah et Nicolas Batum (Cameroun)

 

Délaissés par les sélections européennes, d’autres ne se tournent que tardivement vers leur sélection. La loi « Bilé » du nom de l’ancien président de la FIBA Afrique permet aux fédérations d’origine de libérer les joueurs sur demande de la nouvelle fédération et après arbitrage de la FIBA. Néanmoins, le premier pays pour lequel vous jouez peut toutefois poser son véto. Ça a été le cas pour Pape Badiane. Sélectionné à 23 reprises en équipe de France (dont une participation au championnat d’Europe 2007), Badiane a essuyé un refus des instances internationales pour représenter son pays d’origine, le Sénégal, dans le cadre de l’Afrobasket 2011 à Madagascar.

 

7291768.jpg

Badiane, Zianveni, Mokongo ont porté un intérêt (tardif) à leurs pays d’origine. Cependant, ils sont nombreux a accepter de rejoindre leur sélection. Amara Sy a longtemps porté les couleurs du Mali. Philippe Amagou a joué avec la Côte d’ivoire. Ime Udoka ancien joueur des San Antonio Spurs a fait les beaux jours du Nigéria. La star Luc Mbah a Moute, joueur NBA récemment transféré chez les Kings de Sacramento est le porte-drapeau de la sélection camerounaise.

 

L’absence des joueurs

 

Pourriez-vous imaginer une Coupe du Monde de football sans Messi, Ronaldo, Neymar, Balotelli… C’est ce qui arrive très souvent dans le monde du basket-ball. Les joueurs ne sont pas toujours les seuls à blâmer. Il arrive souvent que les franchises qui les payent plusieurs millions par saison refusent de libérer les stars en refroidissant les ardeurs des fédérations avec des contrats d’assurances mirobolants.

 

Dans d’autres cas, après une longue saison en NBA ou en Euroleague, certains joueurs déclinent les convocations en sélection afin de se reposer. Le désintérêt des joueurs, ou plutôt la main mise des franchises NBA sur ses joueurs, nuit à ces championnats.

 

Franchir un palier grâce à la NBA Afrique?

 

luol-deng-at-fiba

Les disciplines faciles d’accès sont souvent prisées par les Africains. On n’a pas besoin d’infrastructures pour courir ou pour jouer au football contrairement à la pratique du basket-ball qui nécessite des investissements.

 

Depuis quelques années, on assiste à un changement. La NBA avec ses superstars – Kobe Bryant, Lebron James, Kevin Durant… et leurs salaires parfois plus élevés que celui des footballeurs – fait rêver les jeunes. La ligue nord-américaine a pris conscience qu’elle avait un rôle majeur à jouer en Afrique.

 

Un bureau de la NBA Afrique a ouvert à Johannesburg en 2010 et s’occupe du développement du basketball et des activités de la NBA en Afrique sous la houlette de son ambassadeur Amadou Fall, ancien assistant coach des Dallas Mavericks et actuellement vice-président de la NBA Afrique, chargé du développement, que les équipes d’Africa Top Sports ont rencontré au Ghana il y a quelques semaines.

 

Sa présence, ainsi que celle des stars africaines – Serge Ibaka, Luol Deng, Luc Mbah a Moute – donne une nouvelle dimension au basketball africain. Monsieur Fall a assuré que la NBA encourageait les joueurs africains à rejoindre leur sélection afin de défendre les couleurs de leurs pays et contribuer au développement du basketball sur le continent.

 

0806-angola-670

Serge Ibaka et Luol Deng à Luanda en Angola pour le Camp Basket NBA Sprite.

 

La NBA est consciente du potentiel des joueurs africains. La récente 3e place des protégés de Babacar Sy (Giving Back) lors du tournoi « Adidas Nations » prouve bien le potentiel des joueurs africains.  Les projets de détections se multiplient et l’initiative « Basketball Without Borders » qui réunit chaque année à Johannesburg les meilleurs jeunes du continent va connaître sa dixième édition du 29 août au 1er septembre prochain. L’objectif de la NBA Afrique est d’offrir aux jeunes africains l’opportunité d’évoluer au plus haut niveau du basket-ball mondial.

 

L’AfroBasket 2013 qui se tiendra en présence des experts du basketball mondial va permettre de jauger le niveau du basketball africain. A l’heure où se déroulent les mondiaux d’athlétisme à Moscou, laquelle des deux disciplines peut se positionner comme étant le dauphin du football sur le continent africain?

 

Quel est le sport numéro 2 en Afrique derrière le Football ?

 

- Basketball

- Athlétisme

- Autres

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Recherche