8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 00:42

FLASH INFO: LA SELEKA ASSASSINE SAUVAGEMENT LE DOUANIER EZECHIEL REKIAN AU PK15, ROUTE DE BOALI

Le douanier Ézéchiel Rékian fait partie des milliers de Centrafricains qui sont tombés ces trois derniers jours. En effet si La croix rougeannonce officiellement 300morts, ce nombre doit être multiplié par 3 voir 5. De nombreux endroits restent en effet inaccessibles.

Le jeune douanier se trouvait dans son domicile au Pk 15 sur la routede Boali dans la nuit du jeudi à vendredi lorsqu’il avait reçu une visite par effraction des semeurs de la mort des Séléka . Les soudards ont tiré sur le portail métallique avant de pénétrer dans la cour.

Le père de la famille s’est levé  pour s’enquérir de la situation. En sortant de la maison il fait face à plusieurs hommes armés de la Séléka qui faisaient du porte à porte pour tuer et piller. Sans tarder les mercenaires tirent sur lui à bout portant. Plusieurs balles se logent dans sa tête et au niveau de l’abdomen.

Mme Rékian ne supportant pas le bruit des rafales quitte la maison avec ses deux enfants,et se dirigent vers le lieu où son mari a été abattu. Un séléka pointe son arme à feu dans sa direction, cette dernière qui serait enceinte se met à genoux avec ses deux enfants dans les bras, et leur demande pardon.

Elle eût la vie sauve grâce à un des malfaiteurs qui a réussi à intercepter les tirs des plus furieux. S’ensuit un pillage d’anthologie. MmeRéckian a du effectuer une marche de plusieurs kilomètres en compagnie  de ses deux enfants pour se mettre à l’abri.

Le corps sans vie d’Ézéchiel  est resté à même le sol jusqu’au petit matin. A l’arrivée de sa famille en compagnie de la croix rouge, ils ont constaté que le douanier et beau garçon ne ressemblait plus qu’à un éléphant abattu et abandonné par des braconniers qui ne recherchaient que les pointes en ivoire.

Les secouristes ont du remettre son intestin et tous les organes sortis de leur lit à l’intérieur de son corps.

Voilà la réalité des  éléments de la Séléka,  des gens qui étaient censés remplacer les forces de l’ordre d’un pays digne de ce nom. Que dire des avocats, médecins, des juristes, des ingénieurs( des gens instruits) qui ont accepté de collaborer avec de tels assassins?

Nous sommes en Centrafrique le pays de tous les paradoxes.

Wilfried Maurice SEBIRO

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Recherche