14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 06:41
ercredi 13 février 2013

 

 

 

bozize

 

 

Dans la liste des cadres de l’administration territoriale publiée il y a quelques jours à peine par notre confrère LE DEMOCRATE que nous reprenons volontiers ci-dessous pour édifier nos lecteurs, on découvre avec effarement la présence de nombreux retraités et de fonctionnaires de toute provenance comme par exemple des techniciens d’élevage ou des zootechniciens, des techniciens d'assainissement, qui sont nommés sous-préfets et surtout parmi les préfets, un ancien magistrat « radié du corps judiciaire pour indélicatesses ». Que vient faire dans la prestigieuse préfectorale d’antan, un pareil individu ? Tout indique que seuls des critères tribalistes de « Gbaya power », d’appartenance au KNK, de copinage et de coterie avec certains dignitaires, ont prévalu pour ces nominations fantaisistes destinées davantage à récompenser, à plaire et non à servir les intérêts du pays et de sa bonne gestion. Comme le préconise vivement notre confrère dans ce papier, le gouvernement d’union nationale doit revoir au plus vite cette fâcheuse situation car la restauration de l’autorité de l’Etat passe évidemment par la présence dans nos provinces, de préfets et sous-préfets crédibles et respectables à qui des moyens doivent être fournis par l’Etat pour l’accomplissement de leurs importantes missions.

 

La Rédaction

 

 

 

Pleins feux sur la question de la réorganisation de l’administration territoriale : une des clauses de l’Accord politique de Libreville

 

En prélude aux prochaines élections législatives anticipées, la réforme de l’administration territoriale s’avère une nécessité impérieuse faisant partie des urgences immédiates. On ne le dira jamais assez, on va le dire et le redire, l’évocation de la problématique de la mauvaise gestion des ressources humaines au ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation est décriée par tous.


A titre d’illustration pour s’en convaincre, scrutons à cet effet la configuration des personnels de l’administration provinciale.


Préfets :


Préfet de l’Ombella Mpoko, Mlle Clotilde Namboï, attachée d’administration

Préfet de la Lobaye, Colonel Gabriel Baïpo

Préfet de la Sangha Mbaéré, Mr Lazare Morales Ngaya, administrateur civil adjoint

Préfet de la Mambéré Kadéi, Mr Rémy Féidanamo, hors statuts

Préfet de la Nana mambéré, Mr Léon Sosthène Dengbé, administrateur civil

Préfet de l’Ouham Pendé, Mr Elie Bertin Béoroféi, administrateur civil

Préfet de l’Ouham, Mr Rufin Brice Molomadon, hors statuts

Préfet de la Nana Grézibi, Mr Augustin Yangana Yahoté, inspecteur du fondamental 1

Préfet de la Kémo, Mr René Arsène Datéancien magistrat radié du corps judiciaire pour indélicatesses

Préfet de Bamingui Bangoran, Colonel André Kadaretraité

Préfet de la Ouaka, Mme Lydie Marthe Yangba, institutrice

Préfet de la Haute Kotto, Mr David Dendou, instituteur

Préfet de la Basse Kotto, Mr Jean-Marie Sakila, inspecteur des postes, retraité

Préfet du Mbomou, Mr André Sibalé administrateur civil

Préfet du haut Mbomou, Mr Boris Albert Mbagalé, instituteur

Préfet de la Vakaga, Colonel Lazare Dockoretraité

Préfet de Ngaoundaye,  Mr David Gali-Bassibrigadier de police

Préfet de Bossemptélé, Mr Adolphe Koé, hors statut


Sous-Préfets :

 

1.      Sous-préfet de Bossembélé , Mr David Namguérewiinspecteur des postes

Sous-préfet de Boda, Mr Joseph Denam Guenekini, professeur certifié

Sous-préfet de Boganda, Mr Daniel Kpassinam, assistant culturel

Sous-préfet de Mongoumba, Mr Jean Bosco Moussa Yagata, instituteurretraité

Sous-préfet de Boganangone, Mr Wanaté Zao Akoza, contrôleur du travail

Sous-préfet de Bambio, Mr Victor Pascal Ouiabona Yankombona, attaché d’administration

Sous-préfet de Bayanga, Mr Alain Feya, technicien supérieur d’assainissement

Sous-préfet de Berberati, Capitaine Dieudonné Baka, retraité

Sous-préfet de Carnot, Mr Nicaise Yakendé, commandant de police

Sous-préfet de Amada Gaza, Mr Dieudonné Youngaïnaadjudant-chef retraité

Sous-préfet de Gadzi, Mr Jacques Namagnina, instituteur retraité

Sous-préfet de Gamboula, Mr Bernard Mokom, instituteur retraité

Sous-préfet de Bouar, Mr Michel Yambété, instituteur retraité

Sous-préfet de Abba, Mr Joseph Gaombalet, contrôleur financierretraité

Sous-préfet de Baboua, Mr Jean Pierre Goumbibrigadier de police

Sous-préfet de Paoua, Mr Jean Gouffi, assistant de presse

Sous-préfet de Bocaranga, Mr Lambert Malingué, gendarme retraité

Sous-préfet de Batangafo, Mr Edouard Sako, instituteur

Sous-Préfet de Kabo, Mr Albert Bangroretraité

Sous-Préfet de Markounda, Mr Antoine Dembaretraité

Sous-Préfet de Nanga Boguila, Mr Samuel Ndofara, greffier

Sous-Préfet de Moyenne Sido, Mr Bernard Féïdangaï, instituteur

Sous-Préfet des Mbrés, Mr Pierre Ousmanetechnicien d’agriculture retraité

Sous-Préfet de Sibut, Mr Jean de Dieu Sepopode, inspecteur adjoint du travail

Sous-Préfet de Ndjoukou, Mr Yapouiéla Youffi, professeur de CEG

Sous-Préfet de Bamingui, Mr Pierre Dila Didyle, professeur de lettres, retraité

Sous-Préfet de Ippy, Mme Denise Madina Deukoé, hors statut

Sous-Préfet de Bakala, Mr Mathieu Namkona, instituteur

Sous-Préfet de Yalinga, Mr Noël Mokonam-Lekaye, instituteur

Sous-Préfet de Mobaye, Mr Victor Ambêchetechnicien supérieur d’élevage

Sous-Préfet de Kembé, Mr Edouard Mboka ; conseiller pédagogique

Sous-Préfet de Mingala, Mr Moïse Grégbia, professeur de lettres

Sous-Préfet de Zangba, Mr Elysée Guéretzootechnicien

Sous-Préfet de Gambo, Mme Albertine Marogottechnicienne supérieure des affaires sociales, retraitée

Sous-Préfet de Ouadda Djallé, Mr Macaire Mamadou Féïkouma, instituteur

 

 

A la lumière de cette présentation indicative, en rappel, il y a lieu de constater avec amertume que ce sont là des nominations de complaisance au détriment de nombreux cadres qualifiés, ressortissants de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature qui croupissent depuis assez longtemps déjà dans les couloirs du ministère de l’Administration du territoire pour des raisons déplorables de politique, d’exclusion ainsi que des jeunes diplômés universitaires sans emploi alors qu’on clame partout qu’on ne tourne pas le dos à la jeunesse.


Aussi paradoxal que cela puisse paraître, que signifie encore le concept « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut » dès lors que les retraités qui ont refait surface du fait du cumul de salaires qu’ils perçoivent, émargent doublement sur le budget de l’Etat, car non seulement ils continuent à toucher leurs pensions mais également, ils bénéficient du traitement de leur solde inhérent aux fonctions de responsabilité en violation flagrante de la loi des finances.


Au regard de tout ce qui précède, dans la perspective du redéploiement d’une administration efficace, efficiente et performante de développement devant organiser et superviser les élections libres, transparentes et confiantes, il serait hautement souhaitable que le gouvernement de transition s’emploie à faire valoir les critères de compétence, d’expérience professionnelle avérée, de technicité administrative dans l’optique d’une bonne gouvernance locale avec l’avènement des préfets et sous-préfets chevronnés, astreints à la neutralité politique et à l’obligation de réserve aux fins de l’administration territoriale, une feuille de route du gouvernement d’union nationale.

 

Everest Notoloum

 

LE DEMOCRATE n° 2884 du 11 février 2013

     

     

    bozize

     

     

    Dans la liste des cadres de l’administration territoriale publiée il y a quelques jours à peine par notre confrère LE DEMOCRATE que nous reprenons volontiers ci-dessous pour édifier nos lecteurs, on découvre avec effarement la présence de nombreux retraités et de fonctionnaires de toute provenance comme par exemple des techniciens d’élevage ou des zootechniciens, des techniciens d'assainissement, qui sont nommés sous-préfets et surtout parmi les préfets, un ancien magistrat « radié du corps judiciaire pour indélicatesses ». Que vient faire dans la prestigieuse préfectorale d’antan, un pareil individu ? Tout indique que seuls des critères tribalistes de « Gbaya power », d’appartenance au KNK, de copinage et de coterie avec certains dignitaires, ont prévalu pour ces nominations fantaisistes destinées davantage à récompenser, à plaire et non à servir les intérêts du pays et de sa bonne gestion. Comme le préconise vivement notre confrère dans ce papier, le gouvernement d’union nationale doit revoir au plus vite cette fâcheuse situation car la restauration de l’autorité de l’Etat passe évidemment par la présence dans nos provinces, de préfets et sous-préfets crédibles et respectables à qui des moyens doivent être fournis par l’Etat pour l’accomplissement de leurs importantes missions.

     

    La Rédaction

     

     

     

    Pleins feux sur la question de la réorganisation de l’administration territoriale : une des clauses de l’Accord politique de Libreville

     

    En prélude aux prochaines élections législatives anticipées, la réforme de l’administration territoriale s’avère une nécessité impérieuse faisant partie des urgences immédiates. On ne le dira jamais assez, on va le dire et le redire, l’évocation de la problématique de la mauvaise gestion des ressources humaines au ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation est décriée par tous.


    A titre d’illustration pour s’en convaincre, scrutons à cet effet la configuration des personnels de l’administration provinciale.


    Préfets :


    Préfet de l’Ombella Mpoko, Mlle Clotilde Namboï, attachée d’administration

    Préfet de la Lobaye, Colonel Gabriel Baïpo

    Préfet de la Sangha Mbaéré, Mr Lazare Morales Ngaya, administrateur civil adjoint

    Préfet de la Mambéré Kadéi, Mr Rémy Féidanamo, hors statuts

    Préfet de la Nana mambéré, Mr Léon Sosthène Dengbé, administrateur civil

    Préfet de l’Ouham Pendé, Mr Elie Bertin Béoroféi, administrateur civil

    Préfet de l’Ouham, Mr Rufin Brice Molomadon, hors statuts

    Préfet de la Nana Grézibi, Mr Augustin Yangana Yahoté, inspecteur du fondamental 1

    Préfet de la Kémo, Mr René Arsène Datéancien magistrat radié du corps judiciaire pour indélicatesses

    Préfet de Bamingui Bangoran, Colonel André Kadaretraité

    Préfet de la Ouaka, Mme Lydie Marthe Yangba, institutrice

    Préfet de la Haute Kotto, Mr David Dendou, instituteur

    Préfet de la Basse Kotto, Mr Jean-Marie Sakila, inspecteur des postes, retraité

    Préfet du Mbomou, Mr André Sibalé administrateur civil

    Préfet du haut Mbomou, Mr Boris Albert Mbagalé, instituteur

    Préfet de la Vakaga, Colonel Lazare Dockoretraité

    Préfet de Ngaoundaye,  Mr David Gali-Bassibrigadier de police

    Préfet de Bossemptélé, Mr Adolphe Koé, hors statut


    Sous-Préfets :

     

    1.      Sous-préfet de Bossembélé , Mr David Namguérewiinspecteur des postes

    Sous-préfet de Boda, Mr Joseph Denam Guenekini, professeur certifié

    Sous-préfet de Boganda, Mr Daniel Kpassinam, assistant culturel

    Sous-préfet de Mongoumba, Mr Jean Bosco Moussa Yagata, instituteurretraité

    Sous-préfet de Boganangone, Mr Wanaté Zao Akoza, contrôleur du travail

    Sous-préfet de Bambio, Mr Victor Pascal Ouiabona Yankombona, attaché d’administration

    Sous-préfet de Bayanga, Mr Alain Feya, technicien supérieur d’assainissement

    Sous-préfet de Berberati, Capitaine Dieudonné Baka, retraité

    Sous-préfet de Carnot, Mr Nicaise Yakendé, commandant de police

    Sous-préfet de Amada Gaza, Mr Dieudonné Youngaïnaadjudant-chef retraité

    Sous-préfet de Gadzi, Mr Jacques Namagnina, instituteur retraité

    Sous-préfet de Gamboula, Mr Bernard Mokom, instituteur retraité

    Sous-préfet de Bouar, Mr Michel Yambété, instituteur retraité

    Sous-préfet de Abba, Mr Joseph Gaombalet, contrôleur financierretraité

    Sous-préfet de Baboua, Mr Jean Pierre Goumbibrigadier de police

    Sous-préfet de Paoua, Mr Jean Gouffi, assistant de presse

    Sous-préfet de Bocaranga, Mr Lambert Malingué, gendarme retraité

    Sous-préfet de Batangafo, Mr Edouard Sako, instituteur

    Sous-Préfet de Kabo, Mr Albert Bangroretraité

    Sous-Préfet de Markounda, Mr Antoine Dembaretraité

    Sous-Préfet de Nanga Boguila, Mr Samuel Ndofara, greffier

    Sous-Préfet de Moyenne Sido, Mr Bernard Féïdangaï, instituteur

    Sous-Préfet des Mbrés, Mr Pierre Ousmanetechnicien d’agriculture retraité

    Sous-Préfet de Sibut, Mr Jean de Dieu Sepopode, inspecteur adjoint du travail

    Sous-Préfet de Ndjoukou, Mr Yapouiéla Youffi, professeur de CEG

    Sous-Préfet de Bamingui, Mr Pierre Dila Didyle, professeur de lettres, retraité

    Sous-Préfet de Ippy, Mme Denise Madina Deukoé, hors statut

    Sous-Préfet de Bakala, Mr Mathieu Namkona, instituteur

    Sous-Préfet de Yalinga, Mr Noël Mokonam-Lekaye, instituteur

    Sous-Préfet de Mobaye, Mr Victor Ambêchetechnicien supérieur d’élevage

    Sous-Préfet de Kembé, Mr Edouard Mboka ; conseiller pédagogique

    Sous-Préfet de Mingala, Mr Moïse Grégbia, professeur de lettres

    Sous-Préfet de Zangba, Mr Elysée Guéretzootechnicien

    Sous-Préfet de Gambo, Mme Albertine Marogottechnicienne supérieure des affaires sociales, retraitée

    Sous-Préfet de Ouadda Djallé, Mr Macaire Mamadou Féïkouma, instituteur

     

     

    A la lumière de cette présentation indicative, en rappel, il y a lieu de constater avec amertume que ce sont là des nominations de complaisance au détriment de nombreux cadres qualifiés, ressortissants de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature qui croupissent depuis assez longtemps déjà dans les couloirs du ministère de l’Administration du territoire pour des raisons déplorables de politique, d’exclusion ainsi que des jeunes diplômés universitaires sans emploi alors qu’on clame partout qu’on ne tourne pas le dos à la jeunesse.


    Aussi paradoxal que cela puisse paraître, que signifie encore le concept « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut » dès lors que les retraités qui ont refait surface du fait du cumul de salaires qu’ils perçoivent, émargent doublement sur le budget de l’Etat, car non seulement ils continuent à toucher leurs pensions mais également, ils bénéficient du traitement de leur solde inhérent aux fonctions de responsabilité en violation flagrante de la loi des finances.


    Au regard de tout ce qui précède, dans la perspective du redéploiement d’une administration efficace, efficiente et performante de développement devant organiser et superviser les élections libres, transparentes et confiantes, il serait hautement souhaitable que le gouvernement de transition s’emploie à faire valoir les critères de compétence, d’expérience professionnelle avérée, de technicité administrative dans l’optique d’une bonne gouvernance locale avec l’avènement des préfets et sous-préfets chevronnés, astreints à la neutralité politique et à l’obligation de réserve aux fins de l’administration territoriale, une feuille de route du gouvernement d’union nationale.

     

    Everest Notoloum

     

    LE DEMOCRATE n° 2884 du 11 février 2013

      Partager cet article

      Repost 0
      Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
      commenter cet article

      commentaires

      Recherche