Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 06:24

NDLR: Un vrai patriote va jusqu'au bout de la sa logique. Timangoa devra clairement  annoncer sa démission et susciter peut être une nouvel espoir attendu par la FACA. Il doit faire honneur aux enfants de troupe.

CENTRAFRIQUE : FACE AU REFUS DU RÉARMEMENT DES FACA, LE MINISTRE DE LA DÉFENSE TIMANGOA A CESSE SES ACTIVITÉS

IMG_1283

 Le ministre de la Défense de la République Centrafricaine, le général de brigade Théophile Timangoa a cessé ses activités ministérielles depuis le 18 mai dernier et la visite surprise de son homologue français M. Jean Yves le Drian. Officiellement nous ignorons les raisons qui ont motivé cet abandon de poste. Cependant des sources concordantes évoquent que ce mutisme serait du au refus du ministre français d’autoriser le réarmement des Forces Armées Centrafricaines tant voulu par ce dernier. Bonne pioche du gouvernement Nzapayèkè 1, ce quasi unique officier supérieur intègre et loyal de l’armée centrafricaine qui a acquis tous ses galons dans les règles de l’art, fait unanimité  au près de ses frères et sœurs d’armes.

Alors que certains stratèges démoniaques du nouveau régime pariaient sur son ethnie Banda de Bria chef lieu de la haute kotto devenue par effraction un fief de la Séléka, Timangoa est le prototype de l’échec du plan machiavélique de la partition de la RCA, dont le but est de mettre en coupe réglée les richesses de ce pays. La haute kotto pour information est située au Nord Est de la RCA et  est voisine avec la Ouaka, le Bamingui Bangoran et la Vakaga. Elle fait partie des huit préfectures que la Séléka cherche à conquérir.

Mais c’était sans compter sur ce républicain et patriote qui ne joue pas avec l’honneur. Très tôt après sa nomination Timangoa a réclamé le réarmement de ses poulains, chose qu’il n’aura jamais. Pire, il a du avaler la couleuvre sur le malheureux lynchage de l’ENAM qui s’est transformé en un prétexte de la non prise en compte des FACA parmi les priorités de la résolution de la crise centrafricaine.

Cet ancien Directeur général de la garde républicaine sous le magistère de Bozizé aurait refusé de démissionner pour éviter de rajouter une couche à la crise de son pays qui perdure à mesure que les jours passent.

Ancien enfant de troupe à l’école militaire Georges Bangui, le généralTimangoa a fréquenté dans plusieurs écoles militaires de renommée internationale et est un ressortissant de la prestigieuse école de guerre de Paris.

En acceptant le porte feuille de la Défense ce dernier pensait avoir les moyens de sa politique pour! il sera sévèrement sermonné pour avoir dénoncé le silence coupable de la communauté internationale, notamment la France lors des massacres de l’armée tchadienne sur les civils centrafricains.

Annoncé partant du gouvernement Nzapayeke la RCA sera la grande perdante de ce valeureux soldat qui ne serait guidé d’après plusieurs observateurs que par le sens de l’intérêt général qui manque tant à ce pays.

Le ministre de la défense a répondu une fois à une convocation devant le CNT (parlement de la transition) avant de refuser une deuxième rencontre. Il ne voyait pas pourquoi il devrait se présenter devant les représentants du peuple pour justifier la dégradation de la situation sécuritaire, alors qu’on ne lui a jamais donné les moyens de son action.

Le général Timangoa serait lassé de ne pas être écouté par les deux têtes de l’exécutif et surtout n’aurait pas supporté que la classe politique ne soit pas sur la même longueur d’onde sur les questions liées à la souveraineté à l’exemple du retour des FACAS.

Voilà comment les centrafricains sont en train de se passer des compétences d’un homme qui est pourtant à la hauteur des enjeux de taille et de nombreux défis qui attendent ce pays sur le plan sécuritaire.

Nous sommes en Centrafrique, le pays de tous les paradoxes.

Wilfried Maurice SEBIRO

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires