Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 13:07

Par Magloire Lamine 

Phrase devenue célèbre de Fabiana Alvarez :
CENTRAFRIQUE CE PAYS QUI N’EXISTE PAS

Quand un pays n’est issu que du reliquat d’une division coloniale abjecte, difficile dès lors, dès sa naissance, de lui prévoir un futur lumineux.
La Centrafrique n’existe pas, c’est une totale illusion géographique.
A s’étonner même que les crimes actuels n’aient pas eu lieu bien des décennies avant, tellement ce faux pays ne cesse de descendre dans les pires bas fonds de la sauvagerie du moyen age.

Car qui peut croire à l’avenir d’un espace, faute de dire pays, où le premier crétin venu, déculturé, quasi primitif, peut s’y faire manipuler à fusion, pour le pire ?
Entre des religions exogènes manipulatrices, que des milliers d’illettrés font leurs en tout aveuglement, et des dérives meurtrières acceptées comme ‘normalité’ selon le camp, au milieu, sied cette espèce d’orgueil mal placé prétendument être capable de couvrir le pire du pire. 

La RCA enfin fait la UNE des Media de la planète, mais certainement pas pour son tourisme ni pour sa bonhomie.
Et il se trouve encore des rêveurs ou des utopistes, pour croire à sa placidité.
La RCA est une terre de violence et de haine, bâtie artificiellement sur la haine mutuelle de l’autre, et le crime gratuit.

Et là, les Centrafricains en moins de 15 mois ont fait la preuve de leur imbécillité, la confirmation de ce que nous venons de dire juste avant, de leur bestialité confinant au Cro-Magnon, de leur cruauté et de leur totale absence de respect du genre humain.
Que l’on ne vienne plus dès lors amuser la galerie, avec des discours populistes ne reposant sur rien.

Et c’est de là que l’on veut parler de pays, d’élections, de normalité ?
Mais on se fout de la gueule de qui là ?
Les centrafricains doivent partir de ce principe très simple qu’ils ne se sont jamais aimés, jamais supportés entre eux.
Mais dans ce pays où tout ne se dit qu’en sourdine et en totale hypocrisie, la vérité sort enfin :
NOUS NE NOUS AIMONS PAS !

POLITIQUEMENT

Le problème centrafricain doit être inclus dans un ensemble des maux continentaux.
A commencer par se demander pourquoi en Afrique, seuls les pays francophones restent toujours les plus arriéré ?

Déjà, depuis plus de 20 ans, nous luttons pour la sortie de la Centrafrique du système esclavagiste du Franc CFA, car, et la chose est mécanique, aucun pays sous système CFA ne peut se développer.
Tant que ce fondamental n’est pas compris, on ne pourra comprendre non plus ses conséquences…Rebellions, instabilité politique..Etc…
Car tout le reste découlant n’est qu’anecdotes.
Le pouvoir en Centrafrique n’existe pas, il n’a jamais existé.
Ce n’est que soumission au plus dominant du moment.

Nous sommes toujours dans la perpétuation du système colonial, et même en pire, car il est vicié sous le faux vernis de l’indépendance et de l’auto détermination factice.
Car où est l’auto-détermination de la RCA, quand par exemple Idriss Deby pu sans contrainte, ordonner aux ‘conseillers’ du CNT de venir à N’Djamena pour appliquer ses commandements ?
Un CNT lui-même conséquence d’une chaîne d’aberrations politiques dont seuls les nègres sont sans honte capables.

On peut bien sûr, et à profusion, comme d’habitude, nous cacher derrière les mêmes fausses excuses, a savoir que c’est toujours la faute des autres.
Cependant, à force, l’excuse s’écule.
Mais, il n’en demeure pas moins que, le problème centrafricain demeure centrafricain.
Car pour parler grossièrement, s’il y a enculeur, il faut un enculé préalable.

La nouvelle théorie actuellement à la mode, consiste à parler du drame des richesses, voulant que tout pays africain très riche potentiellement, en souffre.
Ceci est aussi débile que toutes les absurdités entendues des décennies avant.

Le principe fondamental du développement consiste à ne pas qu’être que consommateur, car si vous ne passez votre temps à ne que consommer, comme par exemple les pays arabes du Golfe, vous n’existez pas économiquement, mais d’être capable de produire par soi-même.
A commencer par transformer ses matières premières avant exportation. Et surtout, d’avoir un tant soit peu de contrôle sur sa monnaie.
Or en Centrafrique, la monnaie reste la perpétuation d’un système colonial de contrôle.
Elle n’a aucun pouvoir dessus, la France peut la dévaluer comme elle le veut, au point de la rendre singe.
A partir de là, il faut cesser de raconter n’importe quoi aux gens, tant que des mises à jour ne seraient pas faites.
Et la conséquence en est que, on élira n’importe qui au pouvoir, même le meilleur des meilleurs, que rien ne changera. 

Les violences, les coups d’état sans fin en RCA et ailleurs sur le continent ne sont que des conséquences automatiques de cela.
Le Gabon est par définition la caricature d’un faux pays.
Un bout de forêt sans intérêt de disant pays.
C’est une province française avec le défaut de ne pas bénéficier des subventions territoriales.
Un petit pays gavé de pétrole, mais qui reste pauvre, vous comprenez-ça ?
Non ? Ben relisez ce que je viens dire plus haut.

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires