21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 22:38

21 avril 2013 - Confirmation de la guerre de religion en RCA par la Conférence Episcopale des Evêques de Centrafrique

 

L’Archevêque de Centrafrique ne passe plus par quatre chemins à appeler tout chrétien de tout bord à la résistance farouche face à la guerre de religion transposée par la rébellion sanglante de séléka en République Centrafricaine.

Tout est clair maintenant et toutes les conditions sont réunies pour que l’on puisse finalement attester l’installation de la guerre de religion en République Centrafricaine. Depuis le déclanchement des hostilités le 10 décembre 2012 dans le Nord-est du pays jusqu’à leur extension sur toute l’étendue du territoire et la prise de pouvoir des rebelles de la séléka, le principe de laïcité de l’Etat depuis toujours malgré parfois la pratique de poignarde en couteau de certains sujets musulmans sur le natif, aujourd’hui, l’Etat centrafricain connait un profond changement non seulement sur le plan culturel et religieux, mais aussi institutionnel et administratif, bref…

Le coup de gueule de l’Archevêque Dieudonné NZAPALA-INGA en tapant du point sur la table ; car ce Serviteur de Dieu en avait rat le bol en mesurant la gravité du degré de souffrance du peuple Centrafricain déjà meurtri dans son ensemble et plus singulièrement la Communauté chrétienne.

Les argumentations de ce dernier sont entre autres, le pillage systématique et à grande échelle des biens des chrétiens sans toucher à ceux des sujets musulmans durant tout le parcours des rebelles de la coalition séléka jusqu’à la prise de pouvoir à Bangui, les exactions exercées rien que sur les chrétiens sans inquiéter les musulmans, bref la liste est vraiment longue. La destruction des biens meubles et immeubles publics comme privés, le kidnapping des enfants issus des familles chrétiennes contre rançon et d’ailleurs à titre d’illustration, lors de la rencontre du nouvel homme fort de Bangui avec les notables et où Djotodia a honteusement sorti de sa propre poche une somme de soixante dix mille francs (70.000)CFA  remise à une des notables afin de remettre aux éléments de séléka de libérer des adolescents innocents séquestrés et torturés pendant des jours.

Le même constat est fait par le Révérend Pasteur, Président de l’Alliance des Eglises Evangéliques en Centrafrique (AEEC), qui, lui aussi était très remonté contre la volonté manifeste des éléments séléka et leurs chefs y compris Djotodia d’avoir délibérément pilonné un dimanche pendant le culte l’Eglise Baptiste au quartier Cité jean XXIII dans le quatrième arrondissement de Bangui où il y a eu une vingtaine des pauvres adeptes tués et plusieurs grièvement blessés sans compter des maisons détruites et biens emportés.

Ne restant pas du reste, la généralisation sur toute l’étendue du territoire des hostilités contre la communauté chrétienne, les Evêques, les Prêtres et Abbés et les Pasteurs continus de dénoncer cette guerre de religion installée sans la volonté unanime des centrafricains.

Les affaires politiques sont aujourd’hui en RCA déguisées à une guerre culturelle provoquée par les extrémistes islamistes visant à dominer un peuple hospitalier et épris de paix.

A l’image des pratiques des Islamistes au MALI, la Séléka dès son arrivée au pouvoir s’est attaquée aux symboles de la nation : l’utilisation de l’emblème national comme chiffon  pour  laver les voitures, la destruction de l’armoirie de la Centrafrique au Palais de la Renaissance, la destruction systématique des monuments et mausolées incarnant les valeurs culturelles de la République. Horsmis les cas ci-haut cités, les loups en liberté de DOTODJA empêchent la population de rendre des derniers hommages à leurs parents mort soit en dispersant leur foules par des rafales de kalachnikov, en leur demandant de faire le deuil sans pleurer ni chanter. Pire encore, ils ont foncé à vive allure sur un convoi funèbre heurtant mortellement un parent au défunt ce qui déclencha tout naturellement les heurts du 7ème arrondissement de la ville de Bangui le week-end dernier avec un bilan macabre élevé, contrairement à la version officielle.

Paul Damana 


L’Archevêque de Centrafrique ne passe plus par quatre chemins à appeler tout chrétien de tout bord à la résistance farouche face à la guerre de religion transposée par la rébellion sanglante de séléka en République Centrafricaine.

Tout est clair maintenant et toutes les conditions sont réunies pour que l’on puisse finalement attester l’installation de la guerre de religion en République Centrafricaine. Depuis le déclanchement des hostilités le 10 décembre 2012 dans le Nord-est du pays jusqu’à leur extension sur toute l’étendue du territoire et la prise de pouvoir des rebelles de la séléka, le principe de laïcité de l’Etat depuis toujours malgré parfois la pratique de poignarde en couteau de certains sujets musulmans sur le natif, aujourd’hui, l’Etat centrafricain connait un profond changement non seulement sur le plan culturel et religieux, mais aussi institutionnel et administratif, bref…

Le coup de gueule de l’Archevêque Dieudonné NZAPALA-INGA en tapant du point sur la table ; car ce Serviteur de Dieu en avait rat le bol en mesurant la gravité du degré de souffrance du peuple Centrafricain déjà meurtri dans son ensemble et plus singulièrement la Communauté chrétienne.

Les argumentations de ce dernier sont entre autres, le pillage systématique et à grande échelle des biens des chrétiens sans toucher à ceux des sujets musulmans durant tout le parcours des rebelles de la coalition séléka jusqu’à la prise de pouvoir à Bangui, les exactions exercées rien que sur les chrétiens sans inquiéter les musulmans, bref la liste est vraiment longue. La destruction des biens meubles et immeubles publics comme privés, le kidnapping des enfants issus des familles chrétiennes contre rançon et d’ailleurs à titre d’illustration, lors de la rencontre du nouvel homme fort de Bangui avec les notables et où Djotodia a honteusement sorti de sa propre poche une somme de soixante dix mille francs (70.000)CFA  remise à une des notables afin de remettre aux éléments de séléka de libérer des adolescents innocents séquestrés et torturés pendant des jours.

Le même constat est fait par le Révérend Pasteur, Président de l’Alliance des Eglises Evangéliques en Centrafrique (AEEC), qui, lui aussi était très remonté contre la volonté manifeste des éléments séléka et leurs chefs y compris Djotodia d’avoir délibérément pilonné un dimanche pendant le culte l’Eglise Baptiste au quartier Cité jean XXIII dans le quatrième arrondissement de Bangui où il y a eu une vingtaine des pauvres adeptes tués et plusieurs grièvement blessés sans compter des maisons détruites et biens emportés.

Ne restant pas du reste, la généralisation sur toute l’étendue du territoire des hostilités contre la communauté chrétienne, les Evêques, les Prêtres et Abbés et les Pasteurs continus de dénoncer cette guerre de religion installée sans la volonté unanime des centrafricains.

Les affaires politiques sont aujourd’hui en RCA déguisées à une guerre culturelle provoquée par les extrémistes islamistes visant à dominer un peuple hospitalier et épris de paix.

A l’image des pratiques des Islamistes au MALI, la Séléka dès son arrivée au pouvoir s’est attaquée aux symboles de la nation : l’utilisation de l’emblème national comme chiffon  pour  laver les voitures, la destruction de l’armoirie de la Centrafrique au Palais de la Renaissance, la destruction systématique des monuments et mausolées incarnant les valeurs culturelles de la République. Horsmis les cas ci-haut cités, les loups en liberté de DOTODJA empêchent la population de rendre des derniers hommages à leurs parents mort soit en dispersant leur foules par des rafales de kalachnikov, en leur demandant de faire le deuil sans pleurer ni chanter. Pire encore, ils ont foncé à vive allure sur un convoi funèbre heurtant mortellement un parent au défunt ce qui déclencha tout naturellement les heurts du 7ème arrondissement de la ville de Bangui le week-end dernier avec un bilan macabre élevé, contrairement à la version officielle.

Paul Damana 


Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON - dans Actualités Nationales
commenter cet article

commentaires

Recherche