25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 23:46

 

 

logo_parti_urca_centrafrique

 

 

Cher(e)s compatriotes et ami(e)s de la République Centrafricaine,

Nous avons appris avec beaucoup de consternation, qu’en marge de la journée ville morte du lundi 24 Octobre 2016 demandée par les organisations de la société civile, les éléments de la MINUSCA affectés à la sécurité de Monsieur Parfait ONANGA-ONYANGA, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Centrafrique et chef de la MINUSCA, auraient tiré à balles réelles sur des manifestants qui ont érigé des barricades au niveau du rond point des Nations Unies afin de forcer le passage du cortège qui le conduisait à son bureau, occasionnant ainsi plusieurs pertes en vies humaines et de nombreux blessé(e)s.

 Si ces informations sont avérées, la MINUSCA dont les principales missions avaient été clairement définies par la résolution 2149 du Conseil de sécurité des Nations Unies du 10 avril 2014, qui prévoyait entre autres: La protection des populations civiles et l’assistance des autorités centrafricaines dans la recherche des solutions pour un retour de la sécurité dans le Pays, a commis une forfaiture qui doit interpeller le secrétaire général de l’ONU, et toute la classe politique centrafricaine.

L’assistance dont notre Pays est tributaire, ne doit pas faire de nous des sujets qui ne peuvent se prononcer sur des situations qui engagent la vie de notre Nation.

C’est pourquoi, nous demandons à tous les leaders de partis politiques, de la mouvance présidentielle comme de l’opposition, de solliciter une rencontre avec le Chef de l’Etat, pour que des explications soient données sur les circonstances réelles de ce dramatique évènement, au besoin écrire au secrétaire général des Nations Unies pour demander que des sanctions soient prises contre ces éléments de la MINUSCA qui ont trahi leur mandat, et que leurs responsables qui sont de plus en plus contestés par la population soient rappelés.

Comment peut on d’un côté, tolérer et être dans une position quasi complice des éléments de la séléka et antibalaka qui érigent en toute illégalité des barrières économiquement criminelles sur les principaux axes routiers à l’intérieur du Pays et de l’autre, réprimer dans le sang une manifestation qui exprime le désarroi d’un peuple qui se sent abandonné par ceux qui sont censés le protéger?

Le mot d’ordre de cette journée ville morte avait été lancé par le coordonnateur des organisations de la société civile depuis la semaine dernière, nous savons tous que l’organisation d’un tel évènement dans une période de tension et d’insécurité comporte de risque d’explosion sociale.

Grand est notre étonnement, de constater qu’au lieu de prendre attache avec les leaders de la société civile pour écouter leurs préoccupations et envisager avec eu une solution apaisée, le gouvernement n’a pas pris la mesure de la chose et a préféré se livrer à un bras de fer avec eux, faisant ainsi de cette situation qui pouvait se régler avec une volonté politique, une situation dramatique, alors que le Pays tout entier sait que le Chef de l’Etat et la MINUSCA sont toujours disponibles et prompts à discuter avec les Chefs rebelles qui n’ont de Chef en réalité que le titre ou l’appellation.

Gouverner c’est prévoir, et prévoir c’est anticiper sur les crises et les tensions sociales, en prenant des bonnes décisions.

Nous demandons à Monsieur Faustin Archange Touadera, Président de la République, Chef de l’Etat, de sortir de son clan, d’appeler les autres leaders de partis politiques, pour qu’ensemble ils demandent aux dirigeants des Pays qui fournissent l’essentiel des Hommes qui composent les contingents de la MINUSCA, de nous aider réellement à désarmer qui par la force, ceux des groupes armés qui refusent de déposer les armes et de rentrer dans le programme DDRR.

En présentant nos condoléances à toutes les familles éprouvées, en souhaitant un prompt rétablissement aux blessé(e)s et en nous inclinant devant nos compatriotes morts ce lundi 24 Octobre 2016, restons unis pour vaincre les forces du mal dans notre Pays.

 

 

Fred Edgard Gassia
Conseiller national de l’Union pour le Renouveau Centrafricain (URCA),Porte-parole de Anicet Georges Dologuele

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON
commenter cet article

commentaires

Recherche