18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 22:33
conférence de presse minusca
conférence de presse minusca

Alors que les violences persistent en Centrafrique, avec un risque de retour à la case départ, les critiques se font partout dans la ville de Bangui, avec la récente actualité qui est en jour, celle, concernant la complicité de la Minusca dans la fuite des présumés auteurs de crimes de la période, notamment Abdoulaye Hissein, Aroun Gueye, Tidjani Ahmat et autres éléments du Camp BSS qui ont regagné le maquis après convocation de leur mentor Nourredine Adam, Alkatim et autres seigneurs de guerre. Le premier ministre centrafricain Simplice Mathieu Sarandji a effectué une sortie musclée mardi. Il a pointé du doigt la complicité de la Minusca. Il a aussi évoqué la position de certaines personnalités, bien connues, qui soutiennent ces chefs groupes armés.

Le premier ministre centrafricain a prévenu mardi que la patience de Bangui à propos de la crise que l'ensemble du territoire national a connu a des limites.

Simplice Mathieu Sarandji a accusé la Minusca de faire preuve de complicité en exfiltrant ces chefs rebelles et milices du km5 de la capitale vers les provinces alors qu'elle les aient arrêtés dans leur course près de la ville de Sibut.

Le premier ministre, qui s'exprimait pendant une déclaration après une perquisition effectuée au km5, a indiqué que son gouvernement est indigné pour ce comportement aussi banal dont ils trouveront d'autres moyens d'y mettre fin, même si le pays n'a pas des forces gouvernementales et ne disposent d'aucun moyen militaire pour faire face à ces groupes armés qui règnent en toute impunité dans le pays.

«Nous serons patients jusqu'à un certain point mais ensuite nous devrons agir», a menacé sans plus de précision le premier ministre. Il a une nouvelle fois ajouté que le gouvernement prendra des dispositions claires au niveau du conseil de sécurité pour faire face à ce jeu orchestré par la Minusca qui protège les principaux criminels qui doivent se retrouver déjà sous les verrous.

Le premier ministre aurait reçu des informations alarmantes sur des «les complicité avérées» auxquels se livreraient les autorités de la Minusca qui entretiennent les forces négatives pour leurs intérêts dans le pays.

Au cours de sa conférence de presse hebdomadaire, la Minusca, par la voix de son porte-parole, Vladimir Monteiro, a dit ne pas considérer les propos du Premier Ministre centrafricain qui ne comprend exactement pas ce qui se passe, notamment, la non maîtrise de leur mandat.

Adamou Youssef

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON
commenter cet article

commentaires

Recherche