Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 07:37
COMMUNIQUE DE PRESSE : Centrafrique - un grand chantier à ciel ouvert !

C’est parti ! le grand chantier de la Centrafrique est lancé.

Les régimes de transition de madame SAMBA PANZA et de DJOTODIA, de KAMOUN, NZAPAYEKE et de TIANGAYE sont terminés. D’aucuns diront qu’ils ont fait ce qu’ils ont pu. Mais ont-ils fait tout ce qui était à leur possibilité ? L’histoire le dira.

Toutefois, les centrafricains sont unanimes sur une chose, ils n’ont pas tous rompu avec les pratiques du passé (clientélisme, corruption, détournement, népotisme, tribalisme, injustice, arbitraire…) qui ont conduit le pays dans « l’enfer » où il se trouve aujourd’hui.

Nous l’avons déjà dit dans nos publications antérieures. Le président Faustin Archange TOUADERA a été plébiscité par ses compatriotes pour rompre avec ce passé et ouvrir la voie à la véritable réconciliation, au développement et à l’épanouissement de son peuple. En conséquence, ses premiers pas dans ses nouvelles fonctions doivent rassurer le peuple.

Avec la nomination de monsieur SARANDJI SIMPLICE au poste de premier ministre, le Président a voulu lancer un signal fort en faisant confiance a quelqu’un qu’il connait très bien pour son intégrité, sa rigueur et sa fidélité.

Nous saluons ce choix et félicitons notre compatriote Simplice SARANDJI qui aura forte à faire tellement le chantier est immense et difficile.

Le premier ministre va proposer au président de la république une liste du gouvernement très attendu par le peuple, avec un nombre pléthorique des prétendants aux postes. Il va surtout gouverner dans un contexte inédit avec des « opposants » d’hier dont les projets ou les personnalités n’ont pas été retenues par le peuple et qui veulent aujourd’hui être des partenaires de premier rang.

Les priorités qui attendent le gouvernement sont nombreuses. Nous en avons déjà cité trois dans notre précédente publication intitulée «le sursaut patriotique » à savoir :

  • La prise en charge humanitaire urgente de toutes les victimes de cette crise d’où qu’elles se trouvent et leurs permettre de retrouver leurs dignités.
  • Le renforcement des moyens des forces armées centrafricaine FACA dans le but d’œuvrer activement auprès des forces internationales pour le retour de la sécurité sur toute l’étendue du territoire.
  • La lutte sans merci contre la corruption et le népotisme à tous les niveaux. Nous proposons la mise en place d’une « brigade anti-corruption » : organe de justice indépendante chargé de traquer comme ce fut au GHANA tous les faits avérés de corruptions des organes de l’Etat.

A ces trois priorités, il convient de rajouter :

  • le processus du désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) qui doit être accéléré.
  • La prise en charge de l’éducation et la formation des jeunes :

- Par la création des lycées techniques et d’enseignements professionnels allant du CAP au bac pro, repartis sur tout le territoire national pour former les jeunes aux différents métiers tels que l’agriculture et l’élevage, l’informatique et les nouvelles technologies, l’environnement, le bâtiment et travaux publics, et la mécanique.

- Par la mise en place d’un plan d’aide aux PME PMI pour la formation et l’insertion professionnelle des jeunes.

- La relance du pouvoir d’achat par la mise en place d’un plan de réajustement des salaires des fonctionnaires en tenant compte de l’inflation subie depuis plus de 3ans.

Avec quel gouvernement et qu’elle « majorité parlementaire » le Président Faustin Archange TOUADERA va-t-il mettre en œuvre son programme ?

Dans cette situation inédite où la majorité des élus seront des indépendants, Il sera difficile de constitué une majorité parlementaire stable.

En tenant compte des résultats du premier tour des élections législatives, les différentes projections les plus optimistes des résultats du second tour donneraient au MLPC 10 députés, soit 6.62%. au KNK 8 députés, soit 5.29%, au RDC 9 députés, soit 5.96%. A l’URCA 13, soit 8,60%, A l’UNDP 12 députés, soit 7.94%, aux indépendants, 65 députés, soit 43.04% .

Ainsi donc, ses partis politiques traditionnels qui ont connu des échecs lors des dernières élections (présidentielles et législatives), ne doivent pas chercher à prendre en otage le Président de la république par le biais du jeu parlementaire.

Dans une démocratie mature, les leaders de ces « grands parties » qui se disent national auraient déjà démissionné.

Malheureusement, nous assistons à une stratégie de formation d’une majorité de fortune, rassemblant pêle-mêle des groupes ou des personnes qui n’ont pas une vision commune pour le pays et de surcroit des intérêts divergents.

Si l’on s’en tient aux objectifs prioritaires qui sont :

- le rétablissement de la paix

- la reconstruction d’un Etat de droit

- et la relance économique,

la recherche du consensus s’impose à tous car il s’agit ici de l’Intérêt Général.

Le peuple a besoin d’être rassemblé afin de mieux mobiliser l’ensemble des énergies pour le développement de la République Centrafricaine.

Il faut donc donner au Président, une majorité parlementaire stable pour garantir la mise en œuvre de ses actions prioritaires nécessaires pour la renaissance de notre pays.

Fait à Bordeaux, le 07 Avril 2016

SIMON ALALENGBI

PRESIDENTE DE L’ASSOCIATION DES AMIS DU PRESIDENTS ANDRE KOLINGBA

ANCIEN CADRE DU RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE CENTRAFRICAIN (RDC)

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON
commenter cet article

commentaires

Recherche