Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 16:11

L’Éditorial de Julien BELA : Une école de parti et une autre pour la société civile

OCTOBRE 22, 2015

L’avenir de la RCA est bouchée, faute de leadership clairvoyant, tant au niveau des partis politiques que de la Société civile. Le pays n’a pas d’éclaireur qui puisse baliser le chemin. Il n’y a que des vautours à la recherche de la fumée politique pour attraper des criquets. La plateforme de la Société civile vient de se fracasser le crâne contre le mur. La confusion est totale et l’amalgame plus que pire. Le Congo-Démocratique a fait appel aux frères du Burkina-Faso « Y en a marre » et du Sénégal « Balai citoyen » pour apprendre, s’inspirer de leur expérience : la lutte de la société civile pour plus de liberté, plus de démocratie, plus de respect de la vie humaine et pour le bien-être social. La société civile éduque le peuple pour qu’il maîtrise ses droits et ses devoirs de citoyen. Elle ne cherche pas à conquérir le pouvoir de l’Etat.

Soixante-dix (70) partis politiques mais aucun ne remplit les normes. L’essentiel est d’être enregistré au ministère de l’Administration du Territoire comme parti politique ou association à caractère politique. Tout s’arrête là. C’est un troupeau et non des militants. Un militant est une personne modelée par le parti. Il incarne les idéaux du parti. Il doit gravir les échelons pour mériter un poste. La culture à la citoyenneté est fondamentale dans un parti. Le parti politique étant un gouvernement informel en formation continue, les cadres sont disponibles dans tous les domaines, politique, économique, social, culturel et sportif. Ce qui permet au parti de suivre la gouvernance, d’appréhender les défis et d’y proposer des solutions. Un parti politique est un laboratoire de réflexion multidisciplinaire. Dans une telle posture, il formule des critiques objectives et suggère une ou des alternatives possibles.

Un berger peulh qu’on méprise, est mieux outillé qu’un parti politique en RCA. Il sait déjà le soir où amener son troupeau pour avoir du bon pâturage et de l’eau. Il connait les heures de repos de son troupeau. Il connait l’heure pour le ramener à la maison, le soir. Le troupeau est ainsi bien nourri, bien entretenu et peut se multiplier. Le troupeau politique en RCA ne connait pas les symboles de la République. Les leaders, même de la pire nullité, rêvent néanmoins d’être ministre de la République, sans ambition, sans vision, mais au hasard de la providence. Comment un tel pays ne peut-il pas s’embourber dans une crise militaro politique larvée ? Tous croisent les bras, parce que dépourvus de bon sens et de raison. La Minusca est la solution Miracle.

Julien BELA

LAISSER UN COMMENTAIRE

from → Uncategorized

La UNE et L’Éditorial de Julien BELA : Une ecole de parti et une autre pour la societe civile

OCTOBRE 21, 2015

L’avenir de la RCA est bouchée, faute de leadership clairvoyant, tant au niveau des partis politiques que de la Société civile. Le pays n’a pas d’éclaireur qui puisse baliser le chemin. Il n’y a que des vautours à la recherche de la fumée politique pour attraper des criquets. La plateforme de la Société civile vient de se fracasser le crâne contre le mur. La confusion est totale et l’amalgame plus que pire. Le Congo-Démocratique a fait appel aux frères du Burkina-Faso « Y en a marre » et du Sénégal « Balai citoyen » pour apprendre, s’inspirer de leur expérience : la lutte de la société civile pour plus de liberté, plus de démocratie, plus de respect de la vie humaine et pour le bien-être social. La société civile éduque le peuple pour qu’il maîtrise ses droits et ses devoirs de citoyen. Elle ne cherche pas à conquérir le pouvoir de l’Etat.

Soixante-dix (70) partis politiques mais aucun ne remplit les normes. L’essentiel est d’être enregistré au ministère de l’Administration du Territoire comme parti politique ou association à caractère politique. Tout s’arrête là. C’est un troupeau et non des militants. Un militant est une personne modelée par le parti. Il incarne les idéaux du parti. Il doit gravir les échelons pour mériter un poste. La culture à la citoyenneté est fondamentale dans un parti. Le parti politique étant un gouvernement informel en formation continue, les cadres sont disponibles dans tous les domaines, politique, économique, social, culturel et sportif. Ce qui permet au parti de suivre la gouvernance, d’appréhender les défis et d’y proposer des solutions. Un parti politique est un laboratoire de réflexion multidisciplinaire. Dans une telle posture, il formule des critiques objectives et suggère une ou des alternatives possibles.

Un berger peulh qu’on méprise, est mieux outillé qu’un parti politique en RCA. Il sait déjà le soir où amener son troupeau pour avoir du bon pâturage et de l’eau. Il connait les heures de repos de son troupeau. Il connait l’heure pour le ramener à la maison, le soir. Le troupeau est ainsi bien nourri, bien entretenu et peut se multiplier. Le troupeau politique en RCA ne connait pas les symboles de la République. Les leaders, même de la pire nullité, rêvent néanmoins d’être ministre de la République, sans ambition, sans vision, mais au hasard de la providence. Comment un tel pays ne peut-il pas s’embourber dans une crise militaro politique larvée ? Tous croisent les bras, parce que dépourvus de bon sens et de raison. La Minusca est la solution Miracle.

Partager cet article

Repost 0
Published by ALALENGBI SIMON
commenter cet article

commentaires

Recherche